Sports

Les clubs de Premier League voteront le mois prochain sur la suppression du VAR

Les Wolverhampton Wanderers ont déposé une motion visant à abandonner l’utilisation du VAR en Premier League, avec un vote qui aura lieu lors de la réunion des 20 clubs du mois prochain.

Les Wolves auront besoin du soutien de 13 autres clubs lors de l’assemblée générale annuelle du 6 juin pour adopter la résolution, qui verrait l’arbitre assistant vidéo retiré de l’élite anglaise avec effet immédiat. Tout club a le droit de soumettre un point à l’ordre du jour, la ligue fonctionnant comme une démocratie.

– Diffusez sur ESPN+ : LaLiga, Bundesliga, NWSL plus (États-Unis)

Un communiqué publié mercredi par les Wolves disait : « Il n’y a aucun blâme à imputer. Nous recherchons tous simplement le meilleur résultat possible pour le football et toutes les parties prenantes ont travaillé dur pour essayer de faire de l’introduction de technologies supplémentaires un succès.

« Cependant, après cinq saisons du VAR en Premier League, il est temps d’avoir un débat constructif et critique sur son avenir.

« Notre position est que le prix que nous payons pour une légère augmentation de la précision est en contradiction avec l’esprit de notre jeu et, par conséquent, nous devrions le supprimer à partir de la saison 2024/25. »

Wolves a énuméré un certain nombre de plaintes dans sa résolution :

– Impact sur les célébrations de buts et la passion spontanée qui rend le football spécial

– Frustration et confusion à l’intérieur des stades en raison de longs contrôles VAR et d’une mauvaise communication

– Une atmosphère plus hostile avec des manifestations, des huées sur l’hymne de la Premier League et des chants contre le VAR

– Dépassement de l’objectif initial du VAR consistant à corriger des erreurs claires et évidentes, en suranalysant désormais les décisions subjectives et en compromettant la fluidité et l’intégrité du jeu.

– Diminution de la responsabilité des officiels sur le terrain, en raison du filet de sécurité du VAR, conduisant à une érosion de l’autorité sur le terrain

– Des erreurs persistantes malgré le VAR, les supporters étant incapables d’accepter l’erreur humaine après plusieurs visionnages et rediffusions, nuisant à la confiance dans les normes d’arbitrage.

– Perturbation du rythme rapide de la Premier League avec de longs contrôles VAR et plus de temps supplémentaire, ce qui rend les matches excessivement longs.

– Discours constant sur les décisions du VAR éclipsant souvent le match lui-même et ternissant la réputation de la ligue

– Érosion de la confiance et de la réputation, le VAR alimentant des allégations de corruption totalement absurdes

Les loups ont été de loin les plus touchés par le VAR, avec plus de décisions à leur encontre que tout autre club depuis son introduction en 2019-20. Les loups ont un score net sur les annulations par le VAR de décisions de moins-17, le prochain club le plus touché étant Arsenal avec moins-7.

Cette saison, les Wolves ont souffert de frustrations continues, à commencer par l’incapacité du VAR à leur accorder une pénalité de temps d’arrêt à Manchester United – ce qui a conduit à la démission des officiels.

Pourtant, les Wolves n’ont subi que deux autres erreurs, selon le jugement du panel indépendant sur les incidents de match clés de la Premier League : l’incapacité à annuler les pénalités accordées à Newcastle United et Sheffield United. Les trois erreurs contre les Wolves sont le résultat de décisions incorrectes sur le terrain, plutôt que de mauvaises interventions.

La Premier League est contre la motion et fera pression sur les clubs pour qu’ils continuent à utiliser le VAR en tant que partie évolutive du jeu.

« La Premier League peut confirmer qu’elle facilitera une discussion sur le VAR avec nos clubs lors de l’assemblée générale annuelle du mois prochain », indique un communiqué. « Les clubs ont le droit de présenter des propositions lors des assemblées d’actionnaires et nous reconnaissons les préoccupations et les problèmes liés à l’utilisation de la VAR.

« Cependant, la ligue soutient pleinement l’utilisation du VAR et reste engagée, aux côtés de PGMOL, à apporter des améliorations continues au système pour le bénéfice du jeu et des fans. »

Plus tôt cette saison, Tony Scholes, le directeur du football de la ligue, a déclaré qu’il y avait « trop ​​de contrôles » qui « prenaient trop de temps », mais qu’il était pleinement engagé envers le VAR.

La motion intervient juste un mois après que les 20 clubs de Premier League ont voté en faveur de l’introduction du hors-jeu VAR semi-automatisé la saison prochaine, ce qui implique un contrat avec un nouveau fournisseur de technologie. Les clubs devraient également approuver les arbitres annonçant l’explication d’une décision du VAR – si le VAR est toujours là.

ESPN a appris que la précision des décisions clés lors des matchs est passée de 82 % avant le VAR à 96 % cette saison. PGMOL et la Premier League souligneront également une amélioration des chiffres VAR cette saison, malgré une série de controverses très médiatisées. À ce stade la saison dernière, 38 erreurs VAR ont été enregistrées par le panel indépendant, avec un nombre de 29 pour 2023-24, soit une amélioration de 23,68 %.

La Premier League n’est pas la première ligue à faire face à un vote sur l’avenir du VAR. En janvier, le club de Ligue 1 de Brest a officiellement déposé une plainte auprès de la Ligue de Football Professionnel (LFP) pour que le VAR soit retiré du football français. Le La LFP a rejeté la demande de Brestet le VAR sera ajouté à la Ligue 2 la saison prochaine.

Cela signifie qu’à partir de 2024-2025, le VAR sera au deuxième rang derrière les cinq meilleures ligues européennes, à l’exception de l’Angleterre. Le mois dernier, la Suède est devenue la seule ligue du top 30 de l’UEFA à rejeter le VAR, lorsque ses clubs appartenant à des supporters se sont opposés à son introduction.


Source link