Les candidats à la mairie de Kelowna s’affrontent sur le crime et l’intégrité – Kelowna Capital News

Des allégations de désinformation et de tentative d’induire les électeurs en erreur ont fait leur apparition lors du forum des maires de la Chambre de Kelowna le 4 octobre.

L’affrontement a commencé entre Colin Basran et Tom Dyas sur le taux de criminalité de la ville.

Dyas a mentionné à plusieurs reprises que selon les données de Statistique Canada, Kelowna était la capitale du crime du pays en 2021. Les données sont basées sur une région métropolitaine centrale (RMR), pour 100 000 habitants, couvrant Lake Country à Peachland.

Basran n’était pas d’accord, soulignant que si les terres de West Kelowna, Peachland, Lake Country et WFN étaient tirées des données du recensement, Kelowna est 14e dans la province et 54e au pays en matière de criminalité.

« Le leadership consiste-t-il vraiment à ternir l’image de marque de notre ville afin de vous faire bien paraître ? » demanda Basran. “Ou s’agit-il de chercher des solutions ?”

Dyas a répondu que Basran comparait des pommes à des oranges.

“Il essaie d’induire les électeurs en erreur et de discréditer les expériences des gens”, a déclaré Dyas. “C’est notre ville, notre communauté, nous devons prendre des mesures pour l’améliorer et ne pas attendre que d’autres niveaux de gouvernement le fassent pour nous.”

Basran et Dyas se sont de nouveau affrontés après que le modérateur du forum, Chris Walker de CBC Kelowna, a noté que la Commission des limites électorales de la Colombie-Britannique avait suggéré une quatrième circonscription provinciale pour Kelowna. Il a demandé à Basran s’il s’engagerait à servir un mandat de quatre ans s’il remportait les élections municipales.

“Ooh, bonne question, scandale”, a déclaré Basran en souriant. « Je reçois cette question chaque fois que je me présente aux élections. C’est quelque chose que je chercherais à faire si j’étais élu. »

Basran a également parlé de ses relations avec les gouvernements provincial et fédéral et a ajouté qu’il était le seul candidat à la table à en avoir.

Dyas a qualifié cela d’absurde et a déclaré que Kelowna a une voix, mais qu’elle n’a pas été utilisée efficacement, et c’est pourquoi la communauté connaît certains défis.

“Vous ne pouvez pas avoir un pied dedans et un pied dehors”, a-t-il déclaré. “Vous devez avoir deux pieds dans ce travail et ne pas avoir peur de communiquer avec ces niveaux pour faire avancer les choses qui sont importantes pour cette communauté.”

Basran s’est attiré les huées de la foule lorsqu’il a affirmé que Dyas n’avait fait pression sur un ministre fédéral des Finances qu’une seule fois, il y a cinq ans, pour protéger ses propres intérêts commerciaux.

“Je ne sais pas à quoi correspond la référence à deux pieds”, a déclaré Basran. « J’ai coprésidé le caucus des maires urbains… sélectionné par mes pairs en raison des relations que j’entretiens avec les ministres aux niveaux provincial et fédéral.

Le reste du forum s’est déroulé sans incident, tous les candidats répondant à des questions sur l’abordabilité du logement, les problèmes sociaux et pourquoi ils devraient être maires.

Silverado Socrates a déclaré qu’elle ne croyait pas avoir été invitée à un autre forum des candidats à la mairie sur le logement abordable organisé la semaine prochaine par l’Association canadienne des constructeurs d’habitations.

“Je pense qu’ils ne m’aimeraient pas là-bas parce que je pense qu’ils devraient être taxés”, a déclaré Socrate. “S’ils ont assez d’argent pour construire des maisons, cela devrait aller aux gens qui vivent ici et qui sont en difficulté.”

En ce qui concerne les questions sociales, David Habib a parlé de la crise de la drogue à Kelowna.

“Il y a une tonne de gens dans la rue avec des problèmes de santé mentale qui dépendent de ces drogues pour survivre”, a déclaré Habib. “Nous devons obtenir un toit permanent au-dessus de leur tête et commencer le processus de rétablissement pour eux, et non les remettre dans la rue et nous attendre à ce qu’ils restent en bonne santé.”

Lors des commentaires de clôture, Glendon Charles Smedley a expliqué à l’auditoire pourquoi il ferait un bon maire.

“Je voudrais toujours votre avis”, a-t-il déclaré. « Kelowna a besoin d’un maire qui se soucie de vous. Choisissez quelqu’un qui veut que la ville devienne un endroit où il fait bon vivre.

LIRE LA SUITE: Les candidats à la mairie de Peachland s’affrontent dans le forum de tous les candidats

LIRE LA SUITE: Interior Health met en garde contre des brochures annonçant la vente d’ivermectine à Kelowna


@GaryBarnes109
gary.barnes@kelownacapnews.com
Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter et abonnez-vous à notre quotidien et abonnez-vous à notre newsletter quotidienne.

Conseil municipalÉlection 2022Course du maireÉlection municipale