Skip to content

Les Britanniques bloqués à l'étranger devront payer jusqu'à 1 000 £ par tête pour obtenir des sièges sur la nouvelle vague de vols de rapatriement

  • Le ministère des Affaires étrangères a révélé les détails des vols de rapatriement pour l'Inde et l'Afrique du Sud
  • Des milliers de Britanniques ont encore du mal à rentrer chez eux après des restrictions de voyage
  • L'ambassadeur britannique aux Philippines Daniel Pruce a averti les Britanniques de rentrer chez eux

Les Britanniques bloqués à l'étranger seront facturés jusqu'à 1 000 £ par tête pour obtenir des sièges alors qu'une nouvelle vague de vols de rapatriement est annoncée.

Des centaines de milliers de Britanniques ont du mal à rentrer chez eux en raison des sévères restrictions de voyage imposées pour tenter de juguler la pandémie de coronavirus.

Le ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth [FCO] a révélé les détails d'autres vols pour ramener des touristes d'Inde, du Népal, des Philippines et d'Afrique du Sud.

L'ambassadeur britannique aux Philippines, Daniel Pruce, a publié un message vidéo avertissant qu '«il n'est pas prévu de poursuivre les vols du gouvernement britannique».

Il a dit: «Tout le monde, ne manquez pas cette occasion. Quelque chose de mieux n'arrivera pas.

Les Britanniques resteront bloqués à l'étranger s'ils ratent la dernière vague de vols de rapatriement

L'ambassadeur britannique aux Philippines, Daniel Pruce, a publié un message vidéo avertissant qu '«il n'est pas prévu de poursuivre les vols du gouvernement britannique»

«Nous avons mobilisé nos ressources pour vous aider à rentrer chez vous. Nous avons maintenant besoin que vous vous mobilisiez. C'est ta dernière chance.'

La semaine dernière, le FCO a lancé une opération de 75 millions de livres sterling pour affréter des vols à partir de destinations où les routes commerciales ont été coupées en raison de la pandémie de coronavirus.

Cependant, certaines personnes ont critiqué les prix élevés pour les ramener au pays.

Stuart Wallace, 56 ans, est actuellement pris au piège en Afrique du Sud, après avoir rendu visite à sa famille le 15 mars, et a critiqué les prix élevés pour rentrer chez lui.

Le consultant informatique, qui vit à Londres, a reçu aujourd'hui un message l'informant des nouveaux vols.

Il a déclaré à MailOnline: «855 livres au départ du Cap sont bien au-dessus de ce que vous paieriez normalement même aux heures de pointe, alors que les vols de rapatriement allemands et suisses étaient gratuits!

«Tant pis pour les 75 millions de livres sterling – où est-ce alors allé?

"En ce qui me concerne, ils peuvent le coller dans le dos **** et je vais le tenter quand ils ouvriront les voies respiratoires de la SA."

Mardi, deux vols opéreront des Philippines vers Heathrow, mais les billets coûtent 1 000 £ par personne.

Les vols ont été affrétés par le FCO et sont opérés par Philippine Airlines.

Les Britanniques resteront bloqués à l'étranger s'ils ratent la dernière vague de vols de rapatriement

L'ambassadeur britannique au Pérou a tweeté la semaine dernière au sujet des vols de rapatriement qui ont déjà été effectués au Pérou et ont ramené les Britanniques bloqués chez eux

Le premier vol de sauvetage en provenance du Népal aura lieu mercredi, et un second vendredi. Les billets coûteront 800 £ par personne.

Les autres prix pour les prochains vols de sauvetage comprennent 855 £ d'Afrique du Sud et 681 £ d'Inde.

Certains des premiers vols de sauvetage long courrier coronavirus du gouvernement, qui ont ramené des personnes du Pérou, ne coûtaient que 250 £ par personne.

Le FCO a déclaré que le coût des vols serait partagé entre les passagers et les contribuables.

L'affrètement de vols pour des voyages simples est souvent plus cher que les vols commerciaux car les avions sont souvent vides sur l'une des jambes et le déploiement du personnel n'est pas aussi efficace.

Le FCO a déclaré samedi que seuls environ 1450 voyageurs britanniques étaient rentrés chez eux sur ses vols charters depuis l'annonce du programme le 30 mars.

En revanche, Air France a opéré plus de 200 vols pour rapatrier des Français de 82 pays depuis le 14 mars.

Le gouvernement allemand a déclaré qu'il avait "activement effectué des rapatriements dans 56 pays", ramenant des dizaines de milliers de ressortissants allemands.

Publicité