Les autorités françaises soupçonnent des jeunes d’avoir fait l’objet de fausses alertes à la bombe et mettent en garde contre de lourdes sanctions

PARIS (AP) — Le gouvernement français menace de peines de prison et de lourdes amendes les appelants qui font de fausses alertes à la bombe après qu’une série de fausses alarmes ait forcé l’évacuation de 15 aéroports et l’annulation de 130 vols et fermé les portes du château de Versailles à trois reprises en cinq jours. .

Les autorités françaises ont suggéré que les jeunes et les enfants pourraient en être responsables. Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, a blâmé « les petits farceurs, les petits clowns » et a juré : « Ils seront retrouvés, ils seront punis ».

La loi française permet que les canulars soient punis d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et d’une amende de 45 000 euros (47 000 dollars), a indiqué le ministre. Il a ajouté que les parents des mineurs pourraient être obligés de payer des dommages et intérêts.

« Nous n’avons pas besoin de ça. Nous n’avons pas besoin de fauteurs de troubles, de psychoses, en ce moment », a-t-il déclaré mercredi.

La France est en état d’alerte accrue depuis l’assassinat à l’arme blanche d’un professeur d’école la semaine dernière, imputé à un extrémiste islamiste présumé qui aurait déclaré allégeance au groupe État islamique.

Les funérailles de Dominique Bernard, professeur de français tué d’un coup de couteau au cou, ont eu lieu jeudi à Arras, ville du nord où il enseignait à l’école Gambetta-Carnot.

Le ministre français des Transports, Clément Beaune, a déclaré mercredi que de fausses menaces avaient été proférées contre 17 aéroports, provoquant des perturbations généralisées, l’évacuation de 15 aéroports, l’annulation de 130 vols et de nombreux retards de vols.

« Ces fausses alertes ne sont pas de mauvaises blagues. Ce sont des crimes », a posté Beaune sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

The Associated Press