Les autorités fédérales ont saisi le téléphone du PDG de Robinhood dans le cadre de l’enquête commerciale de GameStop

Vlad Tenev, PDG de Robinhood

Source : CNBC | Youtube

Le téléphone du PDG de Robinhood, Vlad Tenev, a été saisi par des avocats fédéraux dans l’une des nombreuses batailles juridiques de la société d’applications de bourse, a-t-il révélé dans son Dépôt d’introduction en bourse jeudi.

Dans une section décrivant les risques juridiques liés aux enquêtes et aux citations à comparaître, la société a noté qu' »un mandat de perquisition connexe a été exécuté par l’USAO pour obtenir le téléphone portable de M. Tenev ». Ici, « USAO » fait référence au bureau du procureur des États-Unis pour le district nord de Californie, qui enquêtait sur les restrictions de Robinhood sur le commerce pendant la vague d’actions meme autour de GameStop et d’autres actions au début de cette année.

La société fait face ou a fait face à des dizaines de recours collectifs proposés, ainsi qu’à des examens ou à des enquêtes menés par des régulateurs, des procureurs généraux des États, la SEC, la FINRA et le ministère américain de la Justice. Le dossier de la SEC note que la société a « pris connaissance d’environ 50 actions collectives putatives … relatives aux restrictions commerciales du début de 2021 ».

Robinhood a restreint l’achat d' »actions mèmes » telles que GameStop et AMC en janvier car la société ne disposait pas du capital requis par les régulateurs pour couvrir le volume de transactions demandé. La société a finalement prélevé 500 millions de dollars sur ses lignes de crédit et levé 1 milliard de dollars du jour au lendemain afin de lever les restrictions commerciales.

Les investisseurs ont qualifié l’ensemble de l’épisode d’injuste et d’illégal dans les dossiers judiciaires précédemment examinés par CNBC.

Tenev a reçu des demandes d’informations et de témoignages, et Robinhood a déclaré que l’incident avait suscité une attention négative des médias et un mécontentement généralisé des clients.

La société a admis que ces nombreuses batailles contentieuses sont « coûteuses et prennent du temps » et pourraient nuire à sa réputation et à ses finances. Mais en raison de la nature préliminaire de toutes ces procédures, a écrit la société, elle est « incapable pour le moment d’estimer la probabilité ou l’ampleur de toute perte possible liée à ces questions ».

La société a également reconnu dans son dossier auprès de la SEC qu’elle avait reçu des demandes de renseignements concernant le commerce des employés.

Le dépôt de l’introduction en bourse intervient un jour après l’annonce que Robinhood devrait payer une amende de 70 millions de dollars à la FINRA pour ses pannes à l’échelle du système et ses pratiques de communication et de négociation trompeuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *