Les autorités égyptiennes saisissent le navire Ever Given après que les propriétaires ont refusé de payer une compensation pour le blocage du canal de Suez

Le lieutenant-général Osama Rabie, qui dirige l’organisation responsable de l’exploitation du passage, a déclaré que « C’est le droit du pays » de saisir le navire jusqu’à ce que ses propriétaires paient une compensation financière pour la perturbation causée par l’échouement du navire le mois dernier.

Le navire est maintenant officiellement mis en fourrière. Ils ne veulent rien payer.

Bien que le chiffre n’ait pas été rendu public par les autorités du canal, le journal public égyptien Ahram affirme que les responsables recherchent 900 millions de dollars auprès des propriétaires d’Ever Given, Shoei Kisen Kaisha, pour l’opération de sauvetage, les retards de circulation et la perte de frais causée par le blocage.

Rabie a déclaré aux médias d’État que la mise en fourrière était une mesure temporaire pendant que l’enquête sur l’incident était en cours. Il a ajouté que si l’enquête est rapide et qu’un chiffre est convenu entre les deux parties, le navire sera libéré et autorisé à se rendre à sa prochaine destination.

Shoei Kisen Kaisha n’a pas encore commenté publiquement la saisie du navire. Ses responsables techniques, Bernhard Schulte Shipmanagement, ont confirmé la semaine dernière que l’équipage coopérait avec les enquêteurs et l’autorité du canal.

Le canal de Suez est l’une des voies navigables les plus importantes au monde pour l’industrie du transport maritime, et l’échouement d’Ever Given dans le canal a entraîné un blocage de six jours qui a forcé d’autres navires à attendre qu’il se dégage ou à prendre plus de temps, plus cher. , route autour de la Corne de l’Afrique.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments