Les Australiens décident de ne pas créer un moyen permettant aux peuples autochtones de conseiller le Parlement

CANBERRA, Australie — Australiens voté lors d’un référendum samedi contre l’inscription dans la constitution nationale d’un mécanisme permettant aux peuples autochtones de conseiller le Parlement sur les politiques qui affectent leur vie.

Les partisans ont déclaré que la création d’une voix autochtone via la constitution reconnaîtrait la place particulière que les peuples autochtones occupent dans l’histoire australienne tout en leur donnant leur mot à dire dans les politiques gouvernementales.

Les opposants ont argumenté cela diviserait les Australiens selon des critères raciaux sans réduire les désavantages autochtones.

Le soutien bipartite considéré comme essentiel en Australie pour réussir à modifier la constitution n’a jamais émergé, et les dirigeants autochtones ont été divisé sur l’idée.

Qui sont les Australiens indigènes ?

Les aborigènes du continent australien sont culturellement distincts des insulaires du détroit de Torres, originaires d’un archipel au large de la côte nord-est. Ainsi, la population autochtone d’Australie est connue collectivement sous le nom de peuple aborigène et insulaire du détroit de Torres.

Ils représentaient 3,8 % de la population australienne en 2021, soit une augmentation de 23,2 % en cinq ans, selon le Bureau australien des statistiques.

Les Australiens autochtones constituent le groupe ethnique le plus défavorisé d’Australie. Les hommes autochtones ont une espérance de vie de 71 ans et les femmes autochtones de 75 ans. C’est 8,6 ans de moins que les autres hommes australiens et 7,8 ans de moins que les autres femmes australiennes.

Qu’est-ce que la Voix ?

La proposition appelait à la création d’une « voix des aborigènes et des insulaires du détroit de Torres » qui conseillerait le Parlement et le gouvernement sur les questions autochtones.

Si le « oui » avait gagné, la constitution aurait été réécrite pour dire que la Voix « peut faire des représentations » auprès du Parlement et du gouvernement « sur des questions relatives aux peuples aborigènes et insulaires du détroit de Torres ». Le Parlement aurait « le pouvoir de légiférer concernant la composition, les fonctions, les pouvoirs et les procédures » de Voice.

On ne sait pas clairement qui aurait fait partie de Voice et comment ils y seraient parvenus. Les partisans ont déclaré que la Voix aurait inclus des Australiens autochtones des huit États et territoires continentaux, des îles du détroit de Torres et des communautés éloignées et régionales. Les membres auraient été choisis par les peuples autochtones locaux et serviraient pour une période déterminée.

Quels étaient les arguments pour et contre ?

Les partisans ont fait valoir que la Voix est nécessaire parce que les Australiens autochtones meurent des années plus jeunes que les autres Australiens, ont un taux de suicide deux fois supérieur à celui de la communauté dans son ensemble, ont des taux de maladie et de mortalité infantile pires et moins de possibilités d’éducation. Ils ont déclaré que c’était la preuve que l’approche actuelle de l’Australie ne fonctionnait pas et qu’une voix permettrait aux gouvernements de prendre de meilleures décisions.

Les opposants ont déclaré que la Voix constituerait le plus grand changement apporté à la démocratie australienne dans l’histoire du pays et le plus grand changement jamais apporté à la constitution australienne. Ils ont dit que cela pourrait aggraver les divisions raciales.

Les partisans ont déclaré qu’il n’y aurait pas de droit de veto autochtone sur la politique gouvernementale et que les législateurs seraient libres de ne pas tenir compte des représentations de Voice. Les critiques ont fait valoir que les tribunaux pourraient interpréter la position constitutionnelle de Voice de manière imprévisible, créant ainsi une insécurité juridique.

Les opposants ont également averti que Voice pourrait être un premier pas vers les revendications autochtones de rapatriement et d’indemnisation.

D’où venait l’idée?

The Voice a été recommandé en 2017 par un groupe de 250 dirigeants autochtones qui se sont réunis à Uluru, un rocher de grès emblématique du centre de l’Australie qui est un site sacré pour les propriétaires traditionnels.

Le gouvernement conservateur de l’époque a rejeté la proposition, affirmant qu’une Voix serait considérée comme une « troisième chambre » du Parlement, un ajout malvenu à la Chambre des représentants et au Sénat.

Lorsque le parti travailliste de centre-gauche a remporté les élections en mai de l’année dernière, le Premier ministre Anthony Albanese a profité de son premier discours pour engager son gouvernement à créer The Voice.

Le Parti libéral et le parti Nationals, qui formaient le précédent gouvernement de coalition conservateur, se sont tous deux opposés à Voice.

Comment la constitution australienne est-elle modifiée ?

The Voice est désormais le 37e référendum à échouer. Seulement huit des 45 changements proposés lors des référendums depuis l’entrée en vigueur de la constitution en 1901.

Un référendum visant à modifier la constitution nécessite ce que l’on appelle une double majorité : le soutien d’une majorité d’Australiens à l’échelle nationale et d’une majorité d’électeurs dans une majorité des six États.

Cinq questions référendaires ont échoué parce que, bien qu’elles aient été soutenues par la plupart des Australiens, elles n’ont pas réussi à obtenir la majorité dans au moins quatre des six États. La participation électorale est élevée parce que le vote est obligatoire.

Lors du dernier référendum australien en 1999, la reconnaissance des autochtones dans la constitution était un élément clé derrière l’une des questions.

Lors de ce vote, les Australiens ont rejeté l’ajout d’un préambule à la constitution – une introduction qui n’avait qu’une signification symbolique et sans signification juridique – reconnaissant que les Australiens autochtones habitaient le pays « depuis des temps immémoriaux » et étaient « honorés pour leurs cultures anciennes et continues ».