PHOTO DE DOSSIER: Le Commissaire européen à la Justice Didier Reynders assiste à une réunion du Collège des commissaires européens à Bruxelles, Belgique, le 4 décembre 2019. REUTERS / Francois Lenoir

BRUXELLES (Reuters) – Les applications de recherche de contacts COVID-19 ne doivent être utilisées que pendant la pandémie et devront être automatiquement désactivées une fois la crise terminée, a déclaré jeudi le commissaire européen à la Justice Didier Reynders dans le but de dissiper les inquiétudes concernant l'état surveillance.

Les pays se précipitent pour développer des applications de traçage mobile, espérant que la technologie des smartphones pourrait contribuer à une réouverture des frontières et de l'activité économique sans déclencher une deuxième vague de la pandémie.

«Les applications ne peuvent pas être utilisées pour la surveillance de masse. Les individus garderont le contrôle de leurs données », a déclaré Reynders aux législateurs européens lors d'une séance plénière, alors que les députés ont réitéré leurs inquiétudes concernant les risques que ces applications pourraient présenter pour la vie privée.

"Les applications ne doivent être utilisées que pendant la crise et être désactivées au plus tard lorsque la pandémie est terminée", a déclaré Reynders, ajoutant que la désactivation devrait se produire même si les utilisateurs oublient de désinstaller les applications.

Reportage par Francesco Guarascio @fraguarascio, édité par William Maclean

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.