Actualité du moment | News 24

Les acériculteurs du Québec et de l’Ontario perçoivent les changements climatiques comme une menace pour l’avenir de l’industrie

Paul Renaud n’est que trop conscient de ce que la puissance du vent peut faire aux arbres.

Après que de violentes tempêtes de vent ont récemment balayé le sud de l’Ontario et du Québec, déracinant des arbres et laissant une traînée de dégâts sur un vaste territoire, les pensées de Renaud se sont tournées droit vers ses érables à sucre de Lanark Highlands, en Ontario, où les tempêtes autrefois considérées comme voyous semblent maintenant plus fréquentes.

“Nous en avons eu deux en six mois”, a-t-il déclaré dans une interview. “Chacun a sorti des érables.”

L’aggravation des tempêtes n’est pas le seul changement que Renaud voit. En tant que président du groupe de travail sur les changements climatiques de l’Association des producteurs de sirop d’érable de l’Ontario, il affirme que les conditions météorologiques extrêmes ont de graves répercussions sur son industrie.

Les producteurs de sirop enregistrent des rendements en baisse en raison de l’augmentation des températures mondiales, qui entraînent davantage de ravageurs envahissants, une sève moins sucrée et des périodes de récolte plus courtes que la saison normale de quatre à six semaines.

Des sécheresses plus longues et plus sévères tuent les semis et retardent la croissance des racines. Les gelées printanières imprévisibles, quant à elles, peuvent choquer et détruire les nouveaux bourgeons à feuilles, tandis que les hivers plus doux avec moins de couverture de neige laissent les racines nues exposées.

“Les arbres sont stressés, puis ils sont plus sensibles aux ravageurs et aux agents pathogènes”, a déclaré Joshua Rapp, associé à l’école de foresterie de l’Université de Harvard.

Les attaques se succèdent. Une infestation de chenilles à tente en 2018 a laissé à certains producteurs ontariens 30 % de sirop en moins que l’année précédente. Les chenilles mangent les feuilles, qui aident à fabriquer le sucre, conduisant à des sèves moins sucrées.

Avec des saisons d’entaillage plus précoces et plus courtes, les producteurs se bousculent pour trouver des travailleurs. Un tiers des producteurs nord-américains ont déclaré avoir raté leur première coulée de sève de la saison plusieurs années de suite, selon une enquête menée en 2019 auprès de près de 400 producteurs.

Chaque année, entre la fin février et le début mai, les acériculteurs dépendent des délicats cycles de gel-dégel du printemps. Lorsque les températures nocturnes descendent en dessous de zéro, l’érable se contracte et la sève monte des racines dans ses branches. Lorsque les températures augmentent pendant la journée, le bois de l’arbre se dilate, exerçant une pression sur les branches et forçant la sève à redescendre du tronc et dans les robinets.

La sève est bouillie jusqu’à ce que la majeure partie de l’eau s’évapore, laissant derrière elle le liquide dense et sucré que nous connaissons sous le nom de sirop d’érable. Il faut environ 40 litres de sève pour faire un litre de sirop d’érable.

D’ici 2100, certains États américains pourraient voir leur production décalée un mois plus tôt et devenir inexistante dans certaines régions comme la Virginie. “Plus vous allez plus au nord, il y a toujours une saison de sève, mais elle se déplace plus tôt dans l’année”, a déclaré Rapp dans une récente interview.

Les effets des changements de température se font sentir de manière inégale. Des températures plus chaudes pourraient profiter aux régions du nord de l’Ontario et du Québec, qui pourraient voir jusqu’à 40 litres de sève de plus par entaille chaque année.

“Le déplacer plus tôt dans le temps améliore en fait la saison, car cela allonge la saison”, a déclaré Rapp. Mais il a averti que des températures plus élevées produisent moins de sève sucrée et, par conséquent, il faut plus de sève pour fabriquer le sirop d’érable auquel les consommateurs sont habitués.

Pendant ce temps, la croissance de la demande mondiale de sirop sucré ne montre aucun signe de ralentissement. Lorsque le doux hiver 2021 et le brusque dégel printanier ont entraîné de faibles récoltes, l’industrie a dû puiser profondément dans ses réserves stratégiques pour répondre à la demande mondiale, qui a augmenté de 23 %. En réponse, les Producteurs acéricoles du Québec ont épuisé près de la moitié de leur réserve, soit 23 000 tonnes d’une valeur de 150 millions de dollars.

L’industrie affirme que pour répondre à la demande mondiale de sirop, il faudra exploiter 120 millions d’arbres supplémentaires d’ici 2080. Cette augmentation de la consommation augmentera les niveaux de carbone dans l’atmosphère en raison du bois ou d’autres combustibles fossiles brûlés pour faire bouillir la sève.

« De 85 à 90 % des émissions d’un producteur de sirop d’érable sont liées à l’ébullition de la sève », a déclaré Renaud.

Pour leur défense, les producteurs soutiennent que l’entaillage de plus d’arbres protège ces arbres contre la récolte, garantissant que l’industrie séquestre plus de carbone qu’elle n’en libère.

Quel que soit le calcul du carbone, la demande croissante de sirop d’érable et la baisse des rendements obligent les producteurs à rechercher des moyens d’atténuer les effets du changement climatique. Par exemple, l’éclaircissage des peuplements d’érables encourage la croissance de plus grandes couronnes sur les arbres restants, “et cela les aidera à être en meilleure santé et à produire plus de sève et de sucre”, a déclaré Rapp.

Mais, il reconnaît que pour sauver l’industrie, “la chose la plus importante est de lutter contre le changement climatique”.


— Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 30 mai 2022.