L’envoyé de l’ONU se dit frustré par le déraillement des pourparlers de trêve au Yémen

«Personne ne peut être plus frustré que moi», a déclaré Griffiths. «Nous avons passé un an et demi sur des choses relativement simples à décrire, le cessez-le-feu, l’ouverture de l’aéroport de Sanaa, l’ouverture des ports de Hodeida, le démarrage très retardé des négociations politiques.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *