Actualité du moment | News 24

L’envoyé de l’ONU avertit que les rebelles congolais du M23 agissent comme une armée

Espace réservé pendant le chargement des actions d’article

NATIONS UNIES — L’envoyé spécial de l’ONU pour le Congo a averti mercredi que le groupe rebelle M23 a de plus en plus agi comme une armée conventionnelle lors de l’escalade de l’action militaire dans l’est instable du pays et pourrait menacer la force de maintien de la paix de l’ONU chargée de protéger les civils.

Bintou Keita a exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU à soutenir pleinement les efforts régionaux visant à désamorcer les tensions entre le Congo et le Rwanda au sujet des rebelles du M23 et d’autres groupes armés qui ont fait craindre une guerre entre les pays voisins.

Elle a également exhorté le Congo et le Rwanda à saisir l’opportunité de résoudre leurs différends lors d’un prochain sommet organisé par le président angolais Joao Lourenço dans la capitale, Luanda.

L’est du Congo, qui borde le Rwanda, vit au quotidien sous la menace de dizaines de groupes armés qui se bousculent pour s’emparer d’une partie des riches richesses minérales de la région, que le monde exploite pour les voitures électriques, les ordinateurs portables et les téléphones portables. Le M23, l’un des groupes rebelles les plus notoires, est entré en action cette année et s’est emparé d’une ville commerciale clé dans l’est du Congo ce mois-ci.

Le Congo a accusé le Rwanda de soutenir le M23, ce que le Rwanda a longtemps nié. Chaque pays a accusé l’autre d’incursions récentes.

Le 20 juin, les dirigeants est-africains réunis dans la capitale kenyane, Nairobi, ont réagi à la menace de guerre en ordonnant à une nouvelle force régionale de se déployer dans l’est du Congo et en ordonnant un cessez-le-feu immédiat.

Keita a déclaré au Conseil de sécurité que « lors des hostilités les plus récentes, le M23 s’est conduit de plus en plus comme une armée conventionnelle plutôt que comme un groupe armé ».

“Le M23 possède une puissance de feu et des équipements de plus en plus sophistiqués, notamment en termes de capacités de tir à longue portée, de mortiers et de mitrailleuses ainsi que de tir de précision contre les avions”, a-t-elle déclaré. « La menace que cela représente à la fois pour les civils » et les soldats de la paix de l’ONU « qui ont pour mandat de les protéger est évidente ».

L’offensive du M23 a eu un impact majeur sur les civils, causant la mort de 23 personnes dont six enfants en mai et juin, et le déplacement de plus de 170 000 personnes, a déclaré le représentant spécial de l’ONU.

Keita a averti que si le M23 continue “ses attaques bien coordonnées” contre l’armée congolaise et la force de maintien de la paix de l’ONU connue sous le nom de MONUSCO “avec des capacités conventionnelles croissantes, la mission pourrait se retrouver confrontée à une menace qui dépasse ses capacités actuelles.

Elle a également cité des menaces d’autres groupes armés.

Alors que les forces gouvernementales et l’organe de maintien de la paix de l’ONU déplaçaient leurs troupes pour se concentrer sur le M23, Keita a déclaré que d’autres groupes armés “cherchaient à profiter du vide sécuritaire qui en résultait”, multipliant les attaques dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri qui ont tué plus de 150 civils entre le 28 mai et 17 juin.

Keita a ensuite déclaré aux journalistes que le déploiement de la force régionale autorisée lors de la réunion au Kenya devrait compléter les soldats de la paix de l’ONU : “L’élément et la caractéristique les plus importants pour nous sont la coordination, la coordination, la coordination”.

Heureusement, a-t-elle dit, la force régionale sera basée à Goma, la plus grande ville de l’est du Congo, où les casques bleus de l’ONU ont un centre de coordination avec l’armée congolaise. Elle a également souligné l’importance de l’engagement de la force régionale en faveur des droits de l’homme.

Keita a déclaré que la MONUSCO a été informée que le quartier général de la force régionale sera déployé d’ici la fin juillet et que ses troupes devraient arriver en août.

L’ambassadeur adjoint des États-Unis, Richard Mills, a déclaré au conseil que les États-Unis insistaient pour que le déploiement de la force régionale soit étroitement coordonné avec les casques bleus de l’ONU et mené conformément au droit international et aux résolutions de sanctions existantes du Conseil de sécurité.

Keita s’est dite encouragée par l’engagement du gouvernement congolais à poursuivre les consultations avec les groupes armés et à les encourager à déposer les armes et à rejoindre un programme national de désarmement, ajoutant que plusieurs groupes ont exprimé leur volonté.