Sports

L’entraîneur américain s’excuse après le scandale du drapeau iranien

Les deux nations se préparent à s’affronter lors de la Coupe du monde au Qatar

L’entraîneur-chef de l’équipe nationale masculine de football des États-Unis, Gregg Berhalter, s’est excusé après qu’une dispute impliquant un drapeau iranien modifié ait éclipsé la préparation de la réunion cruciale de la Coupe du monde entre les deux pays au Qatar.

L’Iran a réagi avec colère ce week-end après qu’une publication sur les réseaux sociaux du compte officiel de l’équipe nationale masculine américaine (USMNT) ait présenté le classement du groupe B de la Coupe du monde et les drapeaux des nations respectives – mais avec le drapeau iranien manquant l’emblème central de l’Islam République.

Des responsables du football américain ont ensuite déclaré aux médias que ce geste était une manifestation de soutien aux manifestations qui ont éclaté en Iran ces dernières semaines après la mort de Mahsa Amini, 22 ans, en garde à vue.

Un conseiller juridique de la Fédération iranienne de football a répondu en disant à l’agence de presse nationale Tasnim que l’organisation porterait plainte auprès de la FIFA, le média affirmant que les États-Unis pourraient être punis d’une interdiction de 10 matchs.

Lire la suite

Les États-Unis accusés de “manque de respect” pour la modification du drapeau avant l’affrontement avec l’Iran

S’exprimant lors d’une conférence de presse lundi, l’entraîneur-chef américain Berhalter a tenté d’apaiser les tensions avant le match crucial au stade Al Thumama mardi.

“Nous n’avions aucune idée de ce que le football américain proposait. Le staff, les joueurs, on n’en avait aucune idée. Berhalter a déclaré aux médias.

“Tout ce que nous pouvons faire, c’est nous excuser au nom des joueurs et du staff. Mais ce n’est pas quelque chose dont nous faisions partie.

Le joueur de 49 ans a ajouté que toute l’attention de son équipe était sur un match qui devrait déterminer laquelle des deux équipes atteindra les huitièmes de finale au Qatar.

“Bien sûr, nos pensées vont au peuple iranien… à tout le pays, à toute l’équipe, à tout le monde, mais nous nous concentrons sur ce match”, a-t-il ajouté. dit l’entraîneur.

Les drapeaux iraniens affichés sur les comptes de médias sociaux de l’USMNT présentent désormais la version correcte avec l’emblème de la République islamique, le message incriminé ayant été supprimé depuis.

L'entraîneur américain s'excuse après le scandale du drapeau iranien

Le tweet présentant une version modifiée du drapeau iranien a indigné les responsables du pays.


© Twitter / @USMNT

À l’approche du dernier tour des matchs du groupe B mardi, l’Angleterre était en tête avec quatre points en deux matchs, après une victoire 6-2 contre l’Iran et un match nul et vierge avec les États-Unis.

Les Trois Lions sont bien placés pour une place dans les huitièmes de finale et affronteront le Pays de Galles mardi, avec les Gallois sur un seul point après leur match nul d’ouverture avec les États-Unis suivi d’une défaite tardive dramatique contre l’Iran.

L’Iran est à trois points, les États-Unis étant à deux points après des nuls successifs au Qatar.

Lire la suite

Queiroz a appelé Klinsmann pour les remarques.
Le manager iranien demande à l’icône allemande de démissionner suite à des commentaires “honteux”

La participation de l’Iran au Qatar s’est jouée au milieu d’une avalanche de questions des médias occidentaux sur les manifestations dans le pays.

Le manager Carlos Queiroz est devenu visiblement irrité lors des conférences de presse et a confronté un journaliste de la BBC la semaine dernière, exigeant de savoir pourquoi l’entraîneur anglais Gareth Southgate n’est pas confronté à des questions sur des questions telles que les actions de son pays en Afghanistan.

Des protestations ont éclaté en Iran après la mort en septembre d’Amini, qui a été détenue par la “police des mœurs” du pays pour ne pas avoir porté correctement le hijab.

Une autopsie a déterminé plus tard qu’Amini n’était pas décédé des suites de violences physiques, mais plutôt d’une hypoxie cérébrale ou d’un manque d’oxygène au cerveau, selon le rapport d’un coroner.

Le document précisait qu’Amini avait des conditions sous-jacentes résultant d’une intervention chirurgicale sur une tumeur cérébrale bénigne qu’elle avait subie à l’âge de huit ans.

Articles similaires