L’enquête sur la Loi sur les mesures d’urgence entendra les organisateurs de la manifestation « Freedom Convoy » cette semaine – Kelowna Capital News

C’était une scène de chaos et de confusion dans les échelons supérieurs du service de police et du gouvernement local lorsqu’un convoi de gros camions et de manifestants est arrivé à Ottawa pour exiger la fin des restrictions en cas de pandémie l’hiver dernier.

C’est le tableau que les témoins ont brossé au cours des deux premières semaines d’audiences à la Commission d’urgence de l’ordre public, qui enquête sur l’utilisation par le gouvernement fédéral de la Loi sur les mesures d’urgence en février pour mettre fin à la manifestation d’une semaine.

L’enquête a également entendu parler du sort des habitants du centre-ville de la capitale, qui ont raconté leurs souffrances alors que l’anarchie et les klaxons de camion retentissants 24 heures sur 24 ont envahi leur communauté, et les entreprises qui ont été forcées de fermer.

Mais jusqu’à présent, l’enquête n’a pas eu de nouvelles des manifestants eux-mêmes.

Devraient comparaître cette semaine des témoins qui peuvent faire la lumière sur la conception du mouvement “Freedom Convoy”, qui, selon tous les témoignages à ce jour, semble avoir été lancé par deux chauffeurs de camion et une vidéo TikTok, et comment il s’est intensifié au fil du temps.

Plusieurs des organisateurs de la manifestation figurant sur la liste des témoins font face à des accusations criminelles liées à leur implication dans la manifestation, notamment Tamara Lich et Pat King.

Keith Wilson, un avocat représentant un certain nombre d’organisateurs de convois clés, a déclaré avant l’enquête que ses clients étaient impatients de parler de ce qui se passait et pourquoi ils étaient à Ottawa en premier lieu.

“Ils espèrent qu’il deviendra évident, ce que beaucoup savent déjà, qu’il n’était pas nécessaire d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence”, a-t-il déclaré.

Wilson a depuis été lui-même ajouté à la liste des témoins.

Les manifestants ont commencé à arriver à Ottawa le 28 janvier pour exprimer leur colère et leur opposition au gouvernement fédéral et aux restrictions liées à la COVID-19, y compris les mandats de vaccination.

La manifestation a rapidement évolué vers ce que la police a qualifié d’« occupation », les manifestants bloquant la circulation et installant des camps dans les rues de la ville. Ils ont fait retentir des klaxons, criant des cris de “liberté” et ont refusé de partir tant que leurs demandes n’auraient pas été satisfaites.

Les manifestants ont inspiré des manifestations similaires ailleurs au pays, notamment un blocus de six jours du passage frontalier canado-américain sur le pont Ambassador à Windsor, en Ontario.

Le 14 février, le gouvernement fédéral a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence pour accorder de nouveaux pouvoirs à la police, bloquer des sections de la ville et obliger les entreprises de remorquage à retirer les véhicules. Des pouvoirs ont également été accordés aux banques et autres sociétés de services financiers pour geler les fonds des organisateurs de la manifestation.

Le 18 février, une opération policière massive était en cours pour chasser les manifestants des rues d’Ottawa.

Le témoignage du point de vue du convoi devrait commencer avec deux des premiers organisateurs à s’impliquer dans la planification de la manifestation : Chris Barber et Brigitte Belton.

Barber a été co-accusé avec Tamara Lich de méfait criminel, d’entrave à la police et de conseil aux autres de commettre des méfaits et de l’intimidation pour ses actions pendant la manifestation.

Laura Osman, La Presse Canadienne

Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Canadaprotester