Skip to content

Patrick Pleul | alliance photo | Getty Images

L'énergie éolienne a peut-être connu une bonne année en 2019, mais la pandémie de coronavirus jette une ombre sur le secteur qui pourrait avoir un impact sur la croissance dans les années à venir.

Plus de 60 gigawatts (GW) de capacité éolienne ont été installés l'année dernière, soit une augmentation de 19% par rapport à 2018, selon un nouveau rapport du Global Wind Energy Council (GWEC).

Publié mercredi, le rapport du GWEC a révélé que 60,4 GW de capacité avaient été installés en 2019, la deuxième année en importance pour les ajouts. La capacité totale s'élève désormais à plus de 651 GW.

Le GWEC a déclaré que la Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Inde et l'Espagne représentaient 70% des nouvelles capacités en 2019.

Dans le secteur onshore, la Chine et les États-Unis sont restés les principaux marchés mondiaux, responsables de plus de 60% des nouvelles capacités l'an dernier. Ailleurs, le secteur de l'éolien offshore a installé 6,1 GW de capacité en 2019, sa meilleure année à ce jour.

Que signifie le coronavirus pour l'énergie éolienne?

Bien que les chiffres pour 2019 soient positifs pour le secteur, la pandémie de coronavirus pourrait avoir un impact significatif sur les choses à l'avenir.

Mardi, Dan Shreve, responsable de la recherche mondiale sur l'énergie éolienne de Wood Mackenzie, a écrit que le coronavirus verrait les ajouts mondiaux de vent pour 2020 chuter de 4,9 GW par rapport aux projections précédentes.

"L'état de la pandémie évolue sur une base horaire, résultant en un environnement hautement réactionnaire", a déclaré Shreve.

"Les parties prenantes de l'industrie adaptent continuellement les opérations commerciales pour équilibrer la sécurité des travailleurs avec les besoins de leurs clients, tout en respectant les mesures de confinement gouvernementales dynamiques", a-t-il ajouté.

Pour sa part, le GWEC a déclaré que ses prévisions de croissance continue au cours des cinq prochaines années – plus de 355 GW d'ajouts – seraient "sans aucun doute affectées par la pandémie de COVID-19 en cours, en raison de perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales et de l'exécution des projets en 2020 . "

Il était cependant "trop ​​tôt pour prédire l'étendue" de l'impact du coronavirus sur les marchés de l'énergie et sur l'économie mondiale au sens large, a ajouté le GWEC.