LONDRES (AP) – Un législateur écossais a lancé jeudi une offre visant à gracier à titre posthume des milliers de personnes, principalement des femmes, qui ont été reconnues coupables de sorcellerie il y a des siècles.

Natalie Don, du Parti national écossais, a lancé une consultation sur un projet de loi visant à “réparer le tort historique des condamnations pour sorcellerie”. Elle a dit qu’elle espérait que cette décision enverrait un message aux autres pays qui criminalisent encore les personnes accusées de sorcellerie que “l’Écosse reconnaît ce qui est arrivé à ces personnes comme une déplorable erreur judiciaire”.

Le projet de loi proposé par Don fait suite à des excuses officielles de la première ministre écossaise Nicola Sturgeon lors de la Journée internationale de la femme en mars aux personnes condamnées, calomniées ou exécutées en vertu de la loi de 1563 sur la sorcellerie.

On estime que 4 000 Écossais ont été accusés de sorcellerie en vertu de la loi jusqu’en 1736.

Sur les 4 000, environ 2 500 ont été exécutés – et l’Écosse a tué cinq fois plus de personnes accusées de sorcellerie que partout ailleurs en Europe, selon Witches of Scotland, un groupe de campagne qui a fait pression sur les responsables pour rendre justice à titre posthume aux accusés.

Dans son discours, Sturgeon a déclaré que les victimes avaient été « accusées et tuées parce qu’elles étaient pauvres, différentes, vulnérables ou, dans de nombreux cas, simplement parce qu’elles étaient des femmes ». L’injustice était « motivée au moins en partie par la misogynie ».

Don a déclaré que son déménagement ne concernait pas seulement le passé et qu’elle souhaitait s’attaquer aux «attitudes sexistes et patriarcales» et à la discrimination dans l’Écosse d’aujourd’hui.

“Je suis d’avis que pour construire une Écosse plus juste, plus égalitaire et avant-gardiste, nous devons remédier aux injustices historiques de notre passé”, a déclaré Don.

The Associated Press

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
S'il y a une plainte concernant une actualité ou si vous souhaitez la supprimer ou la corriger, n'hésitez pas à nous contacter