Actualité culturelle | News 24

L’écologie consiste à nous sauver nous-mêmes, pas seulement la planète

Plus tôt cette semaine, lors de la campagne électorale en Ontario, lorsqu’on a demandé au chef progressiste-conservateur Doug Ford ce qu’il faisait au sujet des changements climatiques, il a répondu qu’il construisait davantage d’autoroutes. “L’un des pires exemples de pollution, allez vous tenir sur un pont de la 401 et observez la circulation pare-chocs à pare-chocs”, a-t-il déclaré. “C’est pourquoi nous construisons des routes, des ponts et des autoroutes pour ramener les gens chez eux plus rapidement afin qu’ils n’aient pas à s’asseoir dans les embouteillages et à sentir les émanations de quelqu’un d’autre.”

Oui, ce n’est pas sain pour les conducteurs assis dans les embouteillages de respirer les fumées crachées par tous les autres véhicules. Mais construire plus d’autoroutes est beaucoup plus dangereux pour la santé des Ontariens. La déclaration de Ford est un exemple d’un manque général de compréhension de ce qui nous maintient en bonne santé dans cette province. Cela révèle une ignorance des menaces considérables pour notre bien-être posées par le changement climatique et du type de destruction de l’environnement causée par des infrastructures telles que les autoroutes.

Nous pensons souvent à la santé en termes de notre corps, comme à quel point il est mauvais pour nos poumons et notre système cardiovasculaire de respirer, ou à quel point il est sain de manger un aliment plutôt qu’un autre. Mais la crise climatique nous oblige à penser la santé autrement. Plutôt que de mesurer notre bien-être uniquement sur la base de tels paramètres, nous devons évaluer notre bien-être en fonction de la santé des écosystèmes dont nous dépendons totalement.

La santé humaine ne peut être séparée de ce que nous appelons l’environnement. Il existe un concept utile pour établir ce lien, articulé par un groupe de travail de l’Association canadienne de santé publique appelé Déterminants écologiques de la santé. Il explique comment nous, les humains, ne pouvons pas prospérer, et encore moins survivre, sans des écosystèmes sains. Par exemple, nous avons besoin d’arbres et de forêts pour respirer. Nous inhalons l’oxygène qu’ils produisent. Nous ne pouvons pas manger sans des systèmes de sol constitués d’une myriade de formes de vie qui soutiennent les plantes cultivées et le fourrage pour les animaux que nous mangeons. Les systèmes aquatiques tels que les zones humides nettoient l’eau dont nous dépendons pour irriguer les cultures, boire et soutenir la biodiversité sur laquelle nous comptons également pour de nombreuses choses, y compris la pollinisation de nombreuses plantes productrices d’aliments bien-aimées telles que les myrtilles et les cerises.

La nourriture est un déterminant écologique de la santé — c’est quelque chose qui vient de ce que nous appelons la nature et qui détermine si nous sommes en bonne santé ou non. Il en va de même pour les systèmes d’air, d’eau et de sol. Bien que cette idée selon laquelle la santé humaine est étroitement liée à la santé de la nature soit ignorée dans la politique et l’industrie dominantes de cette province, c’est quelque chose que les nations autochtones souveraines d’ici connaissent depuis longtemps. Ce n’est pas un nouveau concept, mais un colonialisme a tenté d’étouffer.

Si Ford devait remporter les élections la semaine prochaine – comme le prédisent les sondeurs – et que les autoroutes 413 et Holland Marsh sont construites, cela signifierait le pavage d’espaces écologiquement sensibles, y compris les zones humides. Le terme « sensible à l’environnement » donne l’impression que l’environnement est fragile et doit être protégé. Oui, les oiseaux perdront leur habitat et leurs aires de nidification. Les plantes aquatiques, les poissons, les amphibiens et d’autres animaux perdront des terres humides et des cours d’eau. L’environnement est fragile face aux ravages causés par ce type d’infrastructures.

Mais nous, les humains, sommes également sensibles à l’environnement. Notre santé est sensible à ce qui arrive aux écosystèmes dont nous dépendons pour être en bonne santé. La santé des écosystèmes est la santé humaine. Cela dit, tout le monde ne subit pas de la même manière les risques pour la santé du changement climatique et de la destruction de l’environnement. Les Centers for Disease Control and Prevention reconnaissent que différents groupes de personnes, tels que les personnes à faible revenu ou les peuples autochtones, sont plus à risque de souffrir des impacts du changement climatique par rapport aux communautés plus aisées ou blanches.

Mais tout le monde profite des écosystèmes. Nous avons besoin d’une politique aux niveaux provincial, municipal et national qui accorde la priorité à la protection des déterminants écologiques de la santé afin que les forêts, les terres agricoles et les écosystèmes importants qui soutiennent la santé puissent survivre et même prospérer pendant cette ère de changement climatique. Si vous vous souciez de la santé de votre corps, vous devez tout autant vous soucier de l’environnement.