L’eau vient à manquer dans les abris de l’ONU à Gaza. Les médecins craignent pour les patients alors que l’offensive terrestre israélienne se profile

KHAN YOUNIS, Bande de Gaza (AP) — L’eau s’est épuisée dans les abris de l’ONU à Gaza alors que des milliers de personnes se sont rassemblées dans la cour du plus grand hôpital du territoire assiégé comme refuge de dernier recours contre une offensive terrestre israélienne imminente et que les médecins débordés ont eu du mal à soigner les patients. ils craignent qu’ils ne meurent une fois que les générateurs seront à court de carburant.

Les civils palestiniens de Gaza, déjà meurtris par des années de conflit, luttaient pour leur survie dimanche face à une opération israélienne sans précédent contre le territoire suite à une attaque militante du Hamas le 7 octobre qui a tué 1 300 Israéliens, pour la plupart des civils.

Israël a coupé l’acheminement de nourriture, de médicaments, d’eau et d’électricité vers Gaza, a bombardé des quartiers avec des frappes aériennes et a demandé à un million d’habitants du nord de fuir vers le sud avant l’attaque prévue par Israël. Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que plus de 2 300 Palestiniens avaient été tués depuis le début des combats le week-end dernier.

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré dimanche à CNN que les responsables israéliens lui avaient dit qu’ils avaient rétabli l’eau dans le sud de Gaza. Le ministre israélien de l’Energie et de l’Eau, Israel Katz, a déclaré dans un communiqué que l’eau avait été rétablie à un « point spécifique » à Gaza, mais n’a pas donné plus de détails. Les travailleurs humanitaires à Gaza ont déclaré qu’ils n’avaient pas encore vu de preuve que l’eau était de retour et un porte-parole du gouvernement de Gaza a déclaré qu’elle ne coulait pas.

Les groupes de secours ont appelé à la protection des plus de 2 millions de civils à Gaza et ont demandé qu’un couloir d’urgence soit établi pour le transfert de l’aide humanitaire.

« La différence avec cette escalade est que nous n’avons pas d’aide médicale venant de l’extérieur, la frontière est fermée, l’électricité est coupée et cela constitue un grand danger pour nos patients », a déclaré le Dr Mohammed Qandeel, qui travaille à l’hôpital Nasser de la région sud de Khan Younis.

Les médecins présents dans la zone d’évacuation ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas déplacer leurs patients en toute sécurité. Ils ont donc décidé de rester également pour les soigner.

« Nous n’évacuerons pas l’hôpital même si cela nous coûte la vie », a déclaré le Dr Hussam Abu Safiya, chef du service de pédiatrie de l’hôpital Kamal Adwan à Beit Lahia.

S’ils partaient, les sept nouveau-nés de l’unité de soins intensifs mourraient, a-t-il déclaré. Et même s’ils pouvaient les déplacer, ils n’auraient nulle part où aller sur ce territoire côtier de 40 kilomètres de long. « Les hôpitaux sont pleins », a déclaré Abu Safiya. Les blessés arrivent chaque jour avec des membres sectionnés et des blessures potentiellement mortelles, a-t-il déclaré.

D’autres médecins craignaient pour la vie des patients dépendants de ventilateurs et de ceux souffrant de blessures par explosion complexes nécessitant des soins 24 heures sur 24. Les médecins craignaient que des installations hospitalières entières soient fermées et que de nombreuses personnes meurent alors que les derniers stocks de carburant alimentant leurs générateurs étaient sur le point de s’épuiser. Les observateurs humanitaires des Nations Unies estiment que cela pourrait se produire d’ici lundi.

À l’hôpital Shifa de la ville de Gaza, au cœur de la zone d’évacuation, les responsables médicaux ont estimé qu’au moins 35 000 hommes, femmes et enfants étaient entassés dans le grand terrain découvert, dans le hall et dans les couloirs, espérant que cet endroit leur offrirait une protection contre les combats. . « Leur situation est très difficile », a déclaré le directeur de l’hôpital Mohammed Abu Selmia.

Des centaines de blessés continuent d’arriver chaque jour à l’hôpital, a-t-il déclaré.

Environ un demi-million d’habitants de Gaza ont trouvé refuge dans les abris de l’ONU à travers le territoire et manquent d’eau, a déclaré Juliette Touma, porte-parole de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, connue sous l’acronyme UNRWA. « Gaza est à sec », a-t-elle déclaré, ajoutant que les équipes de l’ONU ont également commencé à rationner l’eau.

Touma a déclaré qu’un quart de million de personnes à Gaza ont été déplacées vers des abris au cours des dernières 24 heures, dont la majorité sont des écoles de l’ONU où « l’eau potable est en fait épuisée », a déclaré Inas Hamdan, une autre porte-parole de l’UNRWA.

Dans toute la bande de Gaza, les familles ont rationné les réserves d’eau en baisse, nombre d’entre elles étant contraintes de boire de l’eau sale ou saumâtre.

« Je suis très heureux d’avoir pu me brosser les dents aujourd’hui, pouvez-vous imaginer jusqu’où nous avons atteint ? » » a déclaré Shaima al-Farra, à Khan Younis.

___

Kullab a rapporté de Bagdad.

Najib Jobain et Samya Kullab, Associated Press