Le volleyball de plage est si important que la première équipe féminine du Yukon est aux Jeux d’été du Canada

Paige Poelman dit qu’elle est parfois accueillie par des réactions surprises lorsqu’elle dit aux gens aux Jeux d’été du Canada qu’elle fait partie de l’équipe de volley-ball de plage du Yukon.

« Les gens se disent : ‘Comment ça marche ? Y a-t-il des plages au Yukon ?’ Pas vraiment, mais nous nous débrouillons », a déclaré Poelman, 20 ans, qui participe à la toute première participation du territoire à l’épreuve féminine des Jeux, qui se déroule actuellement dans la région de Niagara, en Ontario.

Poelman a déclaré que le volleyball de plage avait récemment pris son envol au Yukon, qui était déjà fou de volleyball en salle :

“C’est une grande chose. Nous l’aimons là-bas.”

Prolonger la possibilité de jouer à l’extérieur en été était logique, a-t-elle déclaré.

Lorsque Poelman a commencé à jouer au volleyball de plage en 2019, elle s’est rendue sur les terrains de gravier du parc Rotary de Whitehorse.

La croissance du sport dans la région a récemment conduit à la construction de nouveaux courts de sable derrière une école secondaire locale.

Poelman a dit qu’il est difficile de croire à quel point les choses ont évolué en quelques années, et maintenant elle représente le Yukon à l’échelle nationale.

“Je suis très reconnaissante d’être ici”, a-t-elle déclaré à propos des Jeux d’été du Canada, qui ont commencé le 6 août et se poursuivront jusqu’au 21 août. “C’est très cool de faire partie de cet événement national. Je n’avais jamais vraiment réalisé à quel point d’un événement c’est, mais c’est.”

S’occuper quand on n’est pas sur la plage

Selon les Jeux, le volleyball de plage a fait ses débuts à la compétition en 2001, mais n’est devenu un événement annuel qu’en 2009.

Il y a deux joueurs dans une équipe de volley-ball de plage, par rapport au volley-ball en salle, qui compte six joueurs.

Aux Jeux d’été du Canada de cette année, chaque province et territoire est représenté en volleyball de plage, bien que les Territoires du Nord-Ouest n’aient pas aligné d’équipe féminine, a déclaré le porte-parole des Jeux, Christopher Seguin. Il a ajouté que 50 athlètes jouent au volleyball de plage, dont 24 femmes.

L’équipe féminine de volley-ball de plage du Yukon composée de Caelon Workman, de l’entraîneure Shannon Poelman et de Paige Poelman, de gauche à droite, est heureuse d’être aux Jeux d’été du Canada de 2022. (Soumis par Équipe Yukon)

Le partenaire de Poelman dans le sable est Caelon Workman, un ami qu’elle connaît grâce au volleyball intérieur depuis l’école primaire.

Workman, 21 ans, a déclaré que l’équipe séjourne dans des dortoirs “super sympas” de l’Université Brock à St. Catharines pendant les Jeux, et qu’elle peut être “assez bondée” à la cafétéria où les athlètes mangent.

Il y a un espace extérieur avec quelques jeux de pelouse, y compris le lancer de sac de haricots, le Spikeball et un mini-volley-ball, mais jusqu’à présent, ce dernier a été trop occupé pour que les coéquipiers tentent de dominer leurs pairs lors d’un match amical, a-t-elle déclaré.

“Il y a beaucoup d’échanges d’épinglettes”, a déclaré Workman, faisant référence aux épinglettes de collection de différentes provinces et territoires que les athlètes ont échangées.

“Nous avons rencontré quelques personnes de l’Île-du-Prince-Édouard”

Workman n’a commencé à jouer au volleyball de plage que cette année, mais a longtemps été joueur de volleyball en salle et, récemment, entraîneur.

“C’est beaucoup plus difficile parce qu’il faut se déplacer plus vite dans le sable et faire face aux conditions météorologiques”, a-t-elle déclaré.

“C’est certainement plus difficile.”

Ces conditions météorologiques incluent une vague de chaleur récente avec de l’humidité qui a donné l’impression d’être à 40 ° C – un niveau de chaleur qui, selon les coéquipiers, était un défi supplémentaire.

“Vous devez en quelque sorte pousser et avoir beaucoup de pauses dans l’eau”, a déclaré Workman.

Une autre particularité du volleyball de plage est la taille intime de l’équipe, a déclaré Shannon Poelman, l’entraîneur de l’équipe et la mère de Paige, qui pense que la croissance du sport dans le Nord a été partiellement alimentée par la pandémie de COVID-19.

“C’était quelque chose à faire à l’extérieur. Nous venons de voir les chiffres augmenter et augmenter.”

Pas de remplacements au beach-volley

Shannon a déclaré qu’au volleyball de plage, il n’y a pas de joueurs remplaçants, donc “si l’un de vos joueurs se blesse, c’est fini pour vous”.

Une relation étroite entre les deux joueurs est essentielle à leur succès car le jeu nécessite une communication constante, ils s’habituent donc très bien au style, aux signaux et aux jeux de l’autre.

“Ils développent un système sur la façon dont ils communiquent et comment ils se déplacent sur le terrain”, a déclaré Shannon.

Elle a déclaré que la préparation des Jeux comprenait quatre jours par semaine d’entraînements et deux jours d’entraînement en force, ce qui a conduit à un lien étroit entre le trio.

“Caelon, je la connais depuis qu’elle est petite [and] être ici avec ma fille, ça a été assez spécial”, a déclaré Shannon.

L’équipe a perdu son premier match contre le Nunavut, lundi. Il a également perdu contre l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador mardi. L’équipe du Yukon a de nouveau affronté Terre-Neuve-et-Labrador, mais a perdu.