Skip to content

(Reuters) – La pandémie de coronavirus a bloqué la carrière naissante du jeune grec Stefanos Tsitsipas, mais il reste philosophique sur la fermeture actuelle du tennis.

Le verrouillage annuel serait bon pour la planète, dit Tsitsipas

PHOTO DE DOSSIER: Tennis – ATP 500 – Championnats de tennis de Dubaï – Dubai Duty Free Tennis Stadium, Dubaï, Émirats arabes unis – 29 février 2020, la Grèce Stefanos Tsitsipas en action lors de son match final contre la Serbie Novak Djokovic REUTERS / Ahmed Jadallah / File Photo

Le numéro six mondial se serait préparé à l'Open de France qui devait initialement débuter ce week-end mais a été reporté à septembre.

Alors qu'il manque la vie sur Tour, Tsitsipas pense que le verrouillage a donné un souffle à la planète.

"Je pense en fait qu'ils devraient nous mettre en lock-out une fois par an – c'est bon pour la nature, c'est bon pour notre planète", a déclaré Tsitsipas dans une conversation Instagram Live pour "At Home With Babsi" sur la page Instagram d'Eurosport.

«Je pense que ce sera très bénéfique pour l'environnement. La vie est une telle agitation, et vous n'avez jamais le temps de passer avec votre famille et de vous connecter avec eux.

«Maintenant, c’est l’occasion de le faire. Cela me ramène à l'époque où j'étais jeune et je n'ai pas beaucoup voyagé à ce moment-là. "

Comme le tennis professionnel ne devrait pas revenir avant le début du mois d'août, au plus tôt, Tsitsipas dit que la chose la plus difficile a été de s'entraîner sans but final.

"Je m'entraîne tous les jours, bien sûr, je ne m'investis pas à 100% mais en même temps, je prévois de m'améliorer progressivement", a déclaré le joueur de 21 ans.

«C'est un processus, c'est délicat – vous avez tellement de temps devant vous et vous ne savez pas quand les choses vont revenir à la normale. En ce moment, je vais doucement, je ne me pousse pas à la limite et je ne me repose pas.

"Il y a un bon contraste entre les deux."

C'est lors de l'Open de France de l'année dernière que Tsitsipas a été pressenti pour faire sa percée en Grand Chelem, mais a perdu dans une bataille épique avec l'ancien champion Stan Wawrinka dans les 16 derniers.

Tsitsipas a déclaré que la défaite jouait toujours dans son esprit.

«Je me sentais le cœur brisé. C'était difficile à surmonter et je sentais que j'étais vraiment proche », a-t-il déclaré.

Tsitsipas admirait le grand américain Pete Sampras, qui avait également une filiation grecque.

«Pete Sampras était l'une de mes idoles. Mon père regardait tous ses matchs et il était un grand fan », a-t-il déclaré.

«Je l'ai rencontré à Indian Wells il y a quelques années, ce qui a été une expérience étonnante. Son style de jeu était unique, un jeu de service et de volley-ball incroyable et il a aussi un héritage grec bien sûr.

«C'était un grand athlète et le gars, je crois, a révolutionné le revers à une main.»

Reportage par Martyn Herman, édité par Ed Osmond

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.