Le vérificateur général réclame un portail de demande en ligne pour les réfugiés

OTTAWA –

Les réfugiés sont laissés pour compte en raison des retards considérables en matière d’immigration au Canada, et le vérificateur général fédéral demande au gouvernement de créer immédiatement un moyen pour eux de présenter une demande en ligne.

Un rapport de la vérificatrice générale Karen Hogan publié jeudi suggère que même si les délais de traitement se sont améliorés pour la plupart des programmes de résidence permanente en 2022, ils sont restés longs pour les programmes pour réfugiés et humanitaires.

Certains demandeurs attendaient une décision depuis près de trois ans et, à la fin de l’année dernière, 99 000 demandes d’asile attendaient toujours d’être traitées.

« De nombreux candidats attendront des années avant une décision dans l’environnement de traitement actuel », a déclaré Hogan dans son rapport.

Elle a déclaré que les réfugiés bénéficieraient d’un processus de demande en ligne sécurisé qui a été récemment introduit pour d’autres flux d’immigration, et appelle à ce qu’il soit créé « sans plus tarder ».

Le gouvernement avait déjà prévu de rendre les demandes d’asile en ligne accessibles aux demandeurs d’asile et espère introduire cette fonctionnalité d’ici la fin du mois pour les réfugiés parrainés par le secteur privé et en novembre pour les réfugiés pris en charge par le gouvernement.

Hogan a constaté que certains des retards sont dus à des charges de travail plus élevées dans des bureaux avec des effectifs inférieurs.

Par exemple, près de la moitié des demandes d’asile en retard étaient traitées par des bureaux au Kenya et en Tanzanie. L’auditeur a constaté que le bureau de Nairobi au Kenya comptait environ la moitié du personnel, mais presque le double de la charge de travail assignée au bureau en Turquie.

La charge de travail du bureau tanzanien était cinq fois supérieure à celle du bureau italien de Rome, même si les bureaux disposaient d’un effectif comparable.

Le gouvernement s’était engagé en 2016 à attribuer les demandes en fonction des bureaux disposant de capacités, mais Hogan a déclaré que cela ne s’était pas produit.

« En conséquence, les retards régionaux ont continué à s’accumuler dans les catégories de familles à l’étranger et de réfugiés dans certains bureaux à capacité limitée », a déclaré Hogan dans son rapport.

Cela signifie que les personnes originaires de pays spécifiques étaient confrontées à des retards plus importants et plus longs pour la plupart des programmes de résidence permanente qu’elle a examinés. Plus de la moitié des candidatures soumises par des citoyens somaliens et de la République démocratique du Congo étaient en retard.

Dans le cas des réfugiés, le ministère a déclaré au vérificateur que les conditions particulières à certains pays peuvent également entraîner des retards, notamment dans des endroits éloignés ou dangereux qui peuvent rendre difficile la réalisation d’entretiens.

Le rapport sur les arriérés d’immigration a été publié parallèlement à quatre autres audits qui se penchent sur l’inclusion des employés racialisés dans la fonction publique, la résistance aux antimicrobiens, la prestation des avantages sociaux et la modernisation technologique.

Le vérificateur général a constaté que les efforts visant à lutter contre le racisme et la discrimination au sein des organismes fédéraux de sécurité publique et de justice, y compris la GRC, font cruellement défaut.

Les dirigeants ne parviennent pas à déterminer de manière adéquate si la vie professionnelle des employés racialisés s’améliore, a constaté Hogan, et la responsabilité en matière de changement comportemental et culturel était « limitée et non mesurée efficacement ».

Le vérificateur a constaté que les progrès en matière de modernisation des systèmes informatiques ont été lents, les deux tiers des 7 500 applications utilisées par les ministères et organismes étant en mauvais état.

Pendant ce temps, le programme de modernisation du versement des prestations du gouvernement fédéral a connu des retards importants, une augmentation des coûts et des problèmes de personnel. Le programme a été lancé en 2017 et vise à moderniser les systèmes utilisés pour offrir les prestations du Régime de pensions du Canada, de la Sécurité de la vieillesse et de l’assurance-emploi.

Lorsqu’il s’agit de lutter contre la menace croissante pour la santé publique que représente la résistance aux antibiotiques et à d’autres médicaments antimicrobiens, l’auditeur a également constaté que les efforts du gouvernement laissaient à désirer. Le ministère de la Santé a publié un plan d’action en juin, mais Hogan l’a trouvé incomplet, car il n’incluait aucun objectif ni calendrier mesurable.

« Il existe un risque que les mesures prises par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens soient retardées, mal coordonnées et incomplètes », a-t-elle déclaré dans son rapport.


Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 19 octobre 2023.
— Avec les dossiers de Nojoud Al Mallees et Alessia Passafiume