Le vaccin cubano-iranien «PastoCoVac» ajouté à l’arsenal de vaccins de Téhéran après approbation pour les enfants

Lundi, le chef de la Food and Drug Administration iranienne, Mohammad Reza Shanehsaz, a déclaré que « Le premier lot de six millions de doses du vaccin PastoCoVac a été publié et distribué. »

Il a été développé conjointement par l’Institut Pasteur d’Iran et le Finlay Vaccine Institute de Cuba. Le vaccin à deux doses a reçu le feu vert pour les enfants âgés de 2 à 18 ans le mois dernier, le directeur de l’Institut Pasteur Alireza Biglari affirmant qu’il s’agit de l’un des vaccins les plus sûrs. proposé aux mineurs.

Shanehsaz a déclaré que Téhéran espère que le nombre de tirs augmentera et que davantage de doses deviendront disponibles « sous réserve d’accord » entre les deux instituts, qui « ont promis d’augmenter la production ».

De fin octobre à fin novembre, l’organisation prévoit de recevoir 10 millions de jabs, « dont certains sont produits conjointement en Iran et Finlay et certains entièrement produits en Iran », a déclaré le chef du régulateur médical iranien.

Le vaccin irano-cubain, également connu sous le nom de Soberana-02 à Cuba, a été annoncé par le Tehran Times comme étant « l’un des vaccins les plus efficaces au monde. » La Havane a déclaré que le jab à deux coups, combiné avec le booster Soberana Plus, s’était avéré efficace à 91,2% contre le coronavirus.

En août, alors que la République islamique luttait pour lutter contre une cinquième vague d’infections à coronavirus alimentées par la variante plus contagieuse du delta, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a exhorté la nation à accorder plus d’attention à la production de vaccins Covid du pays, ainsi qu’à une plus grande importations de jabs internationaux.

Khamenei a choisi en juin de se faire vacciner avec COVIran Barakat, qui revendique une efficacité signalée de 90%, après avoir exprimé son désir d’attendre d’être inoculé avec un vaccin local, plutôt que d’utiliser des injections étrangères.

Plus tôt cette année, le chef suprême a interdit les importations de vaccins en provenance du Royaume-Uni et des États-Unis en raison d’un manque de confiance, car les deux puissances occidentales avaient certains des taux de mortalité les plus élevés au monde.

Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé, près de 52 millions de doses de vaccin ont été administrées dans toute la République islamique, tandis qu’un peu plus de 15,6 millions de personnes sont entièrement vaccinées sur les 83 millions d’habitants.

Vous aimez cette histoire ? Partagez le avec un ami!

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.