Le travail des enfants demeure un problème pour les produits canadiens : ONG

De nombreux Canadiens ne sont toujours pas conscients de l’implication du travail forcé des enfants dans les produits qu’ils achètent, selon World Vision Canada (WVC), un organisme à but non lucratif.

Le travail des enfants a connu sa première augmentation en deux décennies en 2021, au plus fort de la pandémie de COVID-19, avec 79 millions d’enfants impliqués dans le travail forcé en 2022, estime l’Organisation internationale du travail.

Début juin, le gouvernement s’est penché sur la question du travail forcé des enfants dans les chaînes d’approvisionnement des entreprises et a exprimé son soutien au projet de loi S-211, qui obligerait les entreprises et les ministères canadiens à surveiller les chaînes d’approvisionnement dans le but de protéger les travailleurs.

“Nous commençons enfin à voir un certain mouvement”, a déclaré samedi Katherine Dibbon, une jeune leader de World Vision Canada, à la chaîne d’information de CTV.

« Proposé par la sénatrice (Julie) Miville-Dechene, (le projet de loi) vise à protéger les droits des enfants et à informer les consommateurs au Canada.

Dibbon dit que même si la plupart des Canadiens ne peuvent pas faire grand-chose pour arrêter le travail des enfants à partir de zéro, il est probable que de nombreux consommateurs feront leur part en évitant d’acheter auprès de certaines entreprises une fois que la législation les obligera à être transparents au sujet de leurs travailleurs.

Près de 160 000 Canadiens ont signé la pétition de Vision Mondiale Canada exhortant le gouvernement à obliger les entreprises à prévenir les violations des droits de la personne dans l’ensemble de leurs opérations et à rendre compte publiquement de leurs progrès.

En 2020, le gouvernement canadien a interdit l’importation de biens produits par le travail forcé en vertu du tarif douanier.

La nouvelle loi devrait obliger les entreprises canadiennes et les ministères fédéraux à rendre compte chaque année des mesures prises pour prévenir et réduire le risque que le travail forcé ou le travail des enfants soit utilisé par eux ou dans leurs chaînes d’approvisionnement.

“Nous sommes encouragés par les récents progrès du gouvernement du Canada pour faire avancer une législation clé pour aider à résoudre ce problème”, a déclaré Michael Messenger, président et chef de la direction de Vision Mondiale Canada, dans un communiqué.

« Avec l’augmentation du travail des enfants pour la première fois en 20 ans en raison de la pandémie mondiale et d’autres facteurs, le problème du travail des enfants au Canada continuera de s’aggraver sans mesures audacieuses pour y remédier. Les Canadiens doivent être en mesure de prendre des décisions d’achat pleinement éclairées. “


Avec des fichiers de la Presse canadienne