Actualité culturelle | News 24

Le temps est venu d’enseigner la « littératie alimentaire » dans les écoles

Les quatre principaux partis politiques de l’Ontario font preuve de leadership en matière d’alimentation scolaire et de « littératie alimentaire » — nos connaissances et nos compétences en matière d’alimentation.

Cela arrive à point nommé, puisque le gouvernement fédéral a récemment engagé 1 milliard de dollars sur cinq ans pour développer un programme national de repas nutritifs dans les écoles. Et depuis 2020, le gouvernement progressiste-conservateur de l’Ontario s’est efforcé d’intégrer la littératie alimentaire dans le système scolaire de la province.

En tant que chercheurs qui étudient les impacts des programmes alimentaires scolaires et de la littératie alimentaire, nous sommes enthousiasmés par cet élan. La littératie alimentaire fournit aux jeunes des outils pour actualiser leur santé et leur bien-être et pour participer aux systèmes alimentaires. L’accès à des aliments nutritifs soutient le bien-être des enfants et des jeunes et aide à s’assurer qu’ils sont prêts à apprendre.

En octobre 2020, le député PC Daryl Kramp a obtenu un large soutien pour présenter le projet de loi 216, la Loi sur la littératie alimentaire des élèves, qui proposait de faire des « compétences pratiques acquises dans les cuisines et les jardins » une exigence de la 1re à la 12e année. Alors que le projet de loi traversait les première et deuxième lectures, les autres lectures se sont arrêtées lorsque le gouvernement a été prorogé en septembre 2021.

Néanmoins, Kramp et le ministère de l’Éducation ont veillé à ce que la littératie alimentaire soit intégrée au programme révisé de sciences et de technologie pour les élèves de la 1re à la 8e année et au nouveau cours de sciences de la 9e année, et ont parlé de leur engagement à réintroduire le projet de loi 216.

Le 26 mai, Sustain Ontario, le Brescia University College et la Coalition for Healthy School Food ont organisé un forum multipartite sur l’alimentation scolaire et la littératie alimentaire. Nous avons demandé aux candidats comment ils allaient : faire de la littératie alimentaire une étape obligatoire de la 1re à la 12e année; renforcer les conditions d’une éducation expérientielle en matière d’alimentation; aborder l’investissement annuel de l’Ontario dans le programme de nutrition des élèves pour répondre à la hausse des prix des aliments et à une demande accrue; et travailler avec le gouvernement fédéral sur un programme national et universel d’aliments sains dans les écoles.

Nous avons eu le plaisir d’être rejoints par des candidats des partis Vert, Libéral et NPD de l’Ontario. Tous étaient enthousiasmés par le sujet et ont souligné que les repas scolaires et la littératie alimentaire sont des questions qui transcendent les lignes de parti. Les candidats ont parlé de la nécessité d’une plus grande éducation sur l’alimentation et la saine alimentation, ainsi que de la nécessité de former les enseignants et de financer les infrastructures. Ils ont également parlé des précieux programmes d’alimentation scolaire et de littératie alimentaire dans leurs circonscriptions.

Dans leur programme de parti, les Verts se sont engagés à « améliorer le contenu du programme sur des sujets environnementaux critiques tels que la littératie alimentaire et le changement climatique » et à « mettre en œuvre un programme de repas scolaires nutritifs à l’échelle de la province ». Les libéraux se sont engagés à « fournir un petit-déjeuner gratuit cultivé en Ontario à chaque élève de la maternelle à la 12e année qui en a besoin en élargissant le programme de nutrition des élèves ». La plate-forme du NPD s’engage à investir et à soutenir l’ensemble du système scolaire, en particulier l’environnement.

Comme l’écrivait Victor Hugo, rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue. Nous croyons que le moment est venu d’avoir des idées sur l’alimentation scolaire et la littératie alimentaire. Nous comptons sur tous les partis pour agir ensemble pour la santé et le bien-être de nos élèves, et pour que les Ontariens tiennent compte de ces enjeux importants lors des prochaines élections.