Skip to content

Un inspecteur de la santé publique vérifie la température à l’extérieur d’un bureau de vote près de Colombo, au Sri Lanka, le 4 août 2020. Les urnes pour les prochaines élections parlementaires au Sri Lanka ont été distribuées à leurs centres de vote respectifs, dans un contexte de sécurité renforcée.

Akila Jayawardana | NurPhoto | Getty Images

Les Sri Lankais se rendront aux urnes mercredi pour élire un nouveau parlement lors d’une élection que le parti du président Gotabaya Rajapaksa devrait remporter.

Les élections ont été reportées à deux reprises cette année en raison du coronavirus, mais le gouvernement et les responsables électoraux ont déclaré que le pays était maintenant dans une meilleure position après une série de verrouillages.

L’élection est importante pour Rajapaksa qui cherche une majorité des deux tiers pour son parti afin qu’il puisse apporter des changements constitutionnels et étendre les pouvoirs exécutifs de la présidence.

« J’ai besoin du pouvoir pour mettre en œuvre mon programme économique pour lequel vous avez voté », a déclaré Rajapaksa, qui a remporté la présidence en novembre, à ses partisans la semaine dernière.

Il espère installer son frère et ancien président Mahinda Rajapaksa comme premier ministre, resserrant l’emprise de la famille sur la nation insulaire de 21 millions d’habitants.

Le scrutin se déroulera selon des directives de sécurité strictes. Les électeurs doivent se maintenir à un mètre de distance entre eux, porter des masques et se désinfecter les mains chaque fois qu’ils touchent quelque chose.

Les masques doivent être retirés uniquement lorsque l’identité de l’électeur est vérifiée. Les responsables encouragent également les électeurs à apporter leurs propres stylos. « Il n’y aura aucune chance pour vous d’être infecté par le coronavirus dans les bureaux de vote », a déclaré le président de la commission électorale Mahinda Deshapriya.

Le Sri Lanka a signalé 2828 cas de coronavirus et 11 décès mardi, ce qui est petit par rapport à d’autres pays d’Asie du Sud.

L’opposition, dirigée par Sajith Premadasa, s’oppose fermement à donner plus de pouvoir à la présidence, avertissant qu’elle fera du Sri Lanka une autocratie.

Les votes doivent être décomptés jeudi lorsque les résultats devraient être connus.