Skip to content

Le Soudan abroge la loi de l'ère Omar al-Bashir régissant le comportement des femmes et dissout l'ancien parti au pouvoir

TL'Association des professionnels soudanais, le groupe de protestation qui avait initialement dirigé les manifestations contre Bashir, a loué la décision de démanteler l'ancien régime.

"C'est un pas décisif dans la réalisation de l'objectif de la révolution et sur la voie de la construction d'un Etat civil démocratique", a déclaré la SPA dans un communiqué.

Des milliers de Soudanais se sont rassemblés à la fin du mois dernier dans plusieurs villes pour exhorter les nouvelles autorités à dissoudre l'ancien parti au pouvoir.

Bashir et le PCN avaient dirigé le Soudan du poing de fer depuis son accession au pouvoir en 1989 en renversant le gouvernement élu du premier ministre Sadiq al-Mahdi.

Jeudi, le conseil souverain et le cabinet ont également officiellement annulé la loi controversée sur l'ordre public qui avait sévèrement restreint les droits des femmes dans le pays sous le régime de Bashir.

Des milliers de femmes ont été fouettées, condamnées à une amende et même emprisonnées en vertu de la loi archaïque qui, selon les militants, visait principalement les femmes en raison de la sévère interprétation de la charia islamique.

En vertu de la loi, ceux qui consomment ou brassent de l'alcool – interdit dans le pays – sont punis, tandis que les activistes ont déclaré que les forces de sécurité utilisaient la loi pour arrêter les femmes qui participaient à des soirées privées ou portaient un pantalon.

La loi controversée avait conduit à la colère des femmes pendant des décennies.

Les femmes étaient à l'avant-plan des manifestations qui ont éclaté en décembre 2018 contre Bachir.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *