Skip to content

Mercredi, le Sénat américain a massivement soutenu un projet de loi de 2 billions de dollars visant à aider les travailleurs et les industries sans emploi touchés par l'épidémie de coronavirus, ainsi qu'à fournir des milliards de dollars pour acheter du matériel médical d'urgence.

Après d'amères négociations, le Sénat profondément divisé s'est réuni et a adopté le projet de loi par un vote unanime à 96 voix contre zéro, qui a envoyé le plan de relance massif à la Chambre des représentants, qui pourrait voter cette semaine.

Le président Donald Trump, dont les principaux collaborateurs ont aidé à négocier la mesure bipartite, a promis de la promulguer dès qu'elle atteindrait son bureau. "Je le signerai immédiatement", a déclaré mercredi M. Trump aux journalistes.

Le projet de loi massif – qui serait la plus grande mesure de relance économique jamais adoptée par le Congrès – comprend un fonds de 500 milliards de dollars pour aider les industries durement touchées et un montant comparable pour les paiements directs allant jusqu'à 3000 dollars chacun à des millions de familles américaines.

Le paquet est destiné à inonder l'économie de liquidités dans le but d'endiguer l'impact d'une épidémie s'intensifiant qui a tué plus de 900 personnes aux États-Unis et infecté au moins 60 000 personnes.

Seuls deux autres pays, la Chine et l'Italie, ont plus de cas de coronavirus et l'Organisation mondiale de la santé a averti que les États-Unis devraient devenir l'épicentre de la pandémie mondiale de coronavirus.

Les meilleurs collaborateurs de M. Trump et des sénateurs des deux parties ont annoncé qu'ils s'étaient mis d'accord sur le projet de loi de relance sans précédent dans les premières heures de mercredi après cinq jours de pourparlers.

Mais il a été retardé par les critiques de la droite et de la gauche mercredi, poussant le vote final sur le passage presque une autre journée entière.

Plusieurs sénateurs républicains avaient insisté sur le fait que le projet de loi devait être modifié pour garantir que les travailleurs licenciés ne soient pas payés plus en allocations de chômage qu'ils n'en gagnaient au travail. Cependant, un amendement qui aurait modifié la disposition sur le chômage a échoué juste avant que le Sénat n'approuve la mesure

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *