Skip to content

PHOTO DE DOSSIER: Des policiers portant des masques faciaux gardent le Capitole des États-Unis à Washington, États-Unis, le 14 mai 2020. REUTERS / Erin Scott

WASHINGTON (Reuters) – Le Sénat américain a adopté mercredi une législation qui pourrait empêcher certaines sociétés chinoises de coter leurs actions sur les bourses américaines à moins qu'elles ne respectent les normes d'audit et de réglementation américaines.

La mesure, parrainée par le sénateur républicain John Kennedy et le sénateur démocrate Chris Van Hollen, a été adoptée par consentement unanime. Cependant, il doit passer la Chambre des représentants et être signé par le président Donald Trump pour devenir loi.

«The Holding Foreign Companies Accountable Act» empêche les titres de toute société d'être cotée sur une bourse des valeurs américaine si elle n'a pas respecté les audits du Public Public Accounting Oversight Board des États-Unis pendant trois années consécutives.

La mesure obligerait également les entreprises publiques à divulguer si elles sont détenues ou contrôlées par un gouvernement étranger.

Le projet de loi est écrit pour s'appliquer à toutes les entreprises étrangères, mais il vise la Chine et fait suite à d'intenses critiques de Pékin par le président républicain Donald Trump, qui ont été reprises par les législateurs républicains et démocrates.

Trump et d'autres responsables de son administration insistent sur le fait que la Chine a mal géré le nouveau coronavirus au cours des premières semaines d'une épidémie qui s'est propagée dans une pandémie mondiale qui a tué plus de 320 000 personnes et cratéré les économies mondiales.

Pékin nie ces allégations.

«Il existe de nombreux marchés dans le monde ouverts aux tricheurs, mais l'Amérique ne peut pas se permettre d'en faire partie. La Chine est sur une trajectoire de descente vers la domination et triche à chaque tour », a déclaré Kennedy dans un communiqué.

"Pendant trop longtemps, les entreprises chinoises n'ont pas respecté les normes de déclaration américaines, trompant nos investisseurs", a déclaré Van Hollen.

Reportage par Patricia Zengerle; Montage par Paul Simao

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.