Dernières Nouvelles | News 24

Le Royaume-Uni sanctionne des responsables russes et iraniens, citant des violations des droits de l’homme

Le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly.

  • La Grande-Bretagne a annoncé des sanctions contre 30 personnes, dont des responsables russes et iraniens.
  • Les sanctions marquent la Journée internationale de lutte contre la corruption et la Journée mondiale des droits de l’homme.
  • La France a également annoncé des plans pour de nouvelles sanctions de l’UE contre l’Iran.

La Grande-Bretagne a annoncé vendredi des sanctions contre 30 personnes dans le monde, dont des responsables russes et iraniens, ciblant ceux qu’elle juge responsables d’actes de torture, de violences sexuelles et de la répression violente des manifestations de rue.

Cette décision est intervenue un jour après que la France a annoncé son intention de nouvelles sanctions de l’Union européenne contre l’Iran pour violation des droits de l’homme dans le cadre de sa répression sécuritaire des troubles populaires là-bas, ainsi que de sa fourniture de drones à la Russie avant l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Le gouvernement britannique a déclaré que ses sanctions étaient coordonnées avec des partenaires internationaux pour marquer la Journée internationale de lutte contre la corruption et la Journée mondiale des droits de l’homme. Ils comprenaient des individus impliqués dans des activités telles que la torture de prisonniers et la mobilisation de troupes pour violer des civils.

“Aujourd’hui, nos sanctions vont plus loin pour exposer ceux qui sont à l’origine des violations odieuses de nos droits les plus fondamentaux”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères James Cleverly dans un communiqué.

Parmi les personnes sanctionnées figurent le colonel russe Ramil Rakhmatulovich Ibatullin pour son rôle de commandant de la 90e division de chars, qui est impliquée dans les combats depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie plus tôt cette année.

Le gouvernement a déclaré que de multiples allégations avaient été portées contre des membres actifs de la 90e division de chars, notamment la condamnation en Ukraine d’un lieutenant supérieur pour abus sexuels pendant le conflit.

LIRE | SA Navy dit qu’elle fournira des détails sur le navire russe sanctionné par les États-Unis amarré à Simon’s Town

La Russie, qui a déclaré mener une “opération militaire spéciale” en Ukraine pour éliminer les menaces à sa sécurité, a nié avoir commis des crimes de guerre ou pris pour cible des civils.

La Grande-Bretagne a également sanctionné 10 responsables iraniens liés aux systèmes pénitentiaires iraniens. Cela comprenait six personnes liées aux tribunaux révolutionnaires qui ont été chargées de poursuivre les manifestants avec des peines incluant la peine de mort.

Les manifestations à l’échelle nationale qui ont éclaté après la mort en garde à vue de Mahsa Amini, une Iranienne kurde de 22 ans, le 16 septembre, ont posé l’un des plus grands défis à la République islamique depuis sa création en 1979.

A LIRE AUSSI | L’UE demandera pour la première fois des sanctions contre l’exploitation minière russe – qui est en concurrence avec SA

Le gouvernement britannique a sanctionné Ali Cheharmahali et Gholamreza Ziyayi, anciens directeurs de la prison d’Evin à Téhéran, qui, selon lui, était un établissement notoire pour les mauvais traitements infligés aux détenus iraniens et étrangers.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que les sanctions contre 11 pays à travers sept régimes de sanctions étaient les plus élevées que la Grande-Bretagne ait jamais imposées en un seul paquet.

La Grande-Bretagne a également sanctionné des personnalités impliquées dans l’armée birmane, qui, selon elle, ont été impliquées dans des massacres, des tortures et des viols.

Parmi les personnes sanctionnées par la Grande-Bretagne figuraient le Bureau du chef des affaires militaires et de sécurité du Myanmar, qui, selon lui, avait été impliqué dans des actes de torture depuis le coup d’État militaire de l’année dernière, notamment des viols et des violences sexuelles.


Articles similaires