Skip to content
Le Royaume-Uni et le Canada sanctionnent les généraux birmans pour «  violations des droits humains  » alors que des centaines de manifestants arrêtés à la suite d’un coup d’État militaire

Les responsables des affaires étrangères au Canada et au Royaume-Uni ont annoncé jeudi de nouvelles sanctions à l’encontre de hauts responsables de l’armée birmane pour des allégations de violations des droits de l’homme contre des personnes qui protestaient contre le coup d’État en cours dirigé par l’armée.

Les deux pays sanctionneront le ministre de la Défense du Myanmar, le général Mya Tun Oo, pour la répression militaire contre les manifestants et le ministre de l’Intérieur, le lieutenant général Soe Htut, pour sa responsabilité dans les actions de la police. Le vice-ministre de l’Intérieur, le lieutenant général Than Hlaing, est la troisième personne désignée sous les nouvelles sanctions.

Le Royaume-Uni a sanctionné 19 responsables militaires au total à la suite du coup d’État, et le Canada, 54 personnes.

Aussi sur rt.com

Les États-Unis annulent une aide de 42 millions de dollars au Myanmar à la suite d’un coup d’État militaire … puis les redirigent vers la «  société civile  » du pays

Les sanctions britanniques imposent des gels d’avoirs et des interdictions de voyage aux trois personnes nommées, le ministère des Affaires étrangères déclarant que les mesures visent à empêcher l’aide d’atteindre la junte militaire au pouvoir. Les mesures prises par le Canada gèlent aussi efficacement les avoirs des personnes ciblées. Les États-Unis ont également imposé des sanctions aux généraux du Myanmar et annulé quelque 42 millions de dollars d’aide au pays.

L’armée a arrêté la conseillère d’État du Myanmar Aung San Suu Kyi et d’autres élus le 1er février, prenant le pouvoir et déclarant l’état d’urgence d’un an après avoir affirmé que les élections du pays en novembre avaient été truquées.

Aussi sur rt.com

Le Royaume-Uni et le Canada sanctionnent les généraux birmans pour «  violations des droits humains  » alors que des centaines de manifestants arrêtés à la suite d’un coup d’État militaire
La police tire sur des manifestants anti-coup d’État au Myanmar alors que les affrontements s’intensifient (VIDÉO GRAPHIQUE)

Des manifestations ont éclaté dans tout le pays d’Asie du Sud-Est et environ 495 dirigeants politiques, militants et manifestants locaux ont été arrêtés, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Jeudi, un groupe appelé les Myanmar Hackers aurait également perturbé des sites Web gérés par l’armée en réponse au blocage de l’accès Internet dans le pays pour une quatrième journée consécutive.

Vous aimez cette histoire? Partagez le avec un ami!