Dernières Nouvelles | News 24

Le royal le plus charismatique d’Europe ? L’Espagne en proie à la « Léonormanie » alors que la princesse fête ses 18 ans

Parmi la nouvelle génération de jeunes membres de la famille royale européenne, la princesse espagnole Leonor a vu sa popularité monter en flèche à l’âge de 18 ans.

PUBLICITÉ

Dans un geste devenu viral, la princesse Leonor d’Espagne a rompu le protocole le 12 octobre.

Lors de la célébration de la fête nationale espagnole, la princesse a été surprise par ses camarades de classe de l’académie militaire dont elle venait de sortir diplômée.

Pendant que les caméras tournaient, l’un des cadets a dit à la princesse : « Comme tu es belle, Borbón », un compliment qui a provoqué des rires de la part du roi Felipe et de la reine Letizia et un sourire de complicité de la part de Leonor.

Dans ce moment naturel et humain, elle aurait pu être n’importe quelle adolescente, mais Leonor de Borbón a rarement été vue enfreindre le protocole.

À partir de ce moment, toute l’Espagne accorde une plus grande attention au mouvement constant d’une princesse destinée à devenir la première reine d’Espagne de l’ère moderne.

Mardi, à l’occasion de son 18e anniversaire, date à laquelle elle prêtera serment d’allégeance à la Constitution, sa popularité s’est envolée et l’Espagne est aux prises avec la « Léonormanie ».

Mais la montée en popularité de sa popularité amène certaines personnes à se demander si la princesse est simplement dotée d’un charme naturel ou si son comportement fait partie d’un plan visant à créer la reine parfaite.

Existe-t-il une « Léonormanie » ?

Avec son visage innocent, ses yeux bleus et son sourire permanent, la princesse Leonor a réussi à conquérir le peuple espagnol.

Elle a même réussi à renouveler l’image de la maison royale et à faire taire certaines voix critiques à l’égard des agissements de son grand-père controversé, l’ancien roi Juan Carlos.

L’expédition de chasse à l’éléphant du roi à la retraite, sa réserve secrète d’argent en Suisse et le procès pour harcèlement intenté par son ancienne amante Corinna Larsen ont fait chuter sa popularité, entraînant avec elle la couronne.

Cependant, Leonor a su réconcilier les Espagnols avec la Couronne.

S’il est difficile de connaître le niveau de soutien à la princesse, le Centre espagnol de recherches sociologiques ne s’interrogeant plus sur la famille royale depuis 2015, il existe d’autres baromètres privés qui s’intéressent à la question.

Le dernier d’entre eux, publié cette semaine dans le journal El Español, classe la jeune princesse comme le membre le plus populaire de la famille royale, dépassant même son père Felipe VI, l’actuel roi d’Espagne.

De nombreux Espagnols succombent à la « Léonormanie » et certains experts suggèrent que son succès est dû au fait qu’elle est restée dans l’ombre pendant de nombreuses années. Le manque de connaissances sur Leonor fait que désormais tout le monde veut savoir qui elle est.

“La famille royale a trouvé son timing. Pendant ses études, la princesse était très réservée dans ses apparitions”, a déclaré à Euronews Fernando Rayón, journaliste et professeur d’information politique à l’Université CEU San Pablo.

“Mais après l’académie militaire et sur le point d’avoir 18 ans, une nouvelle Leonor est apparue, plus mature et habillée en soldat. Une image assez frappante”, ajoute-t-il.

Pour l’expert, l’enthousiasme qui entoure Leonor n’est pas une opinion, mais un fait.

Le charisme qu’elle possède, allié à sa discrétion, sa prudence et une organisation qui l’amène à préparer et consigner dans un cahier les événements auxquels elle participe, ont fait de la normalité la qualité qui la définit le plus. Cela permet au peuple espagnol de s’identifier à elle.

PUBLICITÉ

Le soutien à Leonor est si répandu que, selon le magazine Hola, seuls 21 % des Espagnols pensent que la princesse n’est pas bien préparée à son rôle de chef de l’État.

Une stratégie pour créer l’héritière parfaite ?

Son succès amène beaucoup à se demander si Leonormania a été créée par l’équipe de communication du Palais de la Zarzuela.

“L’image que donne Leonor est celle d’être là où elle doit être. Elle ne fait aucune déclaration, il n’y a pas d’images gratuites d’elle à la maison ou en train de faire la fête. C’est pourquoi les gens la voient pour ce qu’elle est : la future reine et chef de l’État. “, dit Rayón.

Son authenticité est peut-être la clé pour conquérir le cœur des Espagnols. Malgré le contrôle strict exercé par la famille royale sur les communications, l’attrait incontestable de la princesse est réel.

“Nous avons constaté par le passé que les campagnes de communication avec d’autres membres de la famille royale ne se déroulaient pas bien. Les campagnes d’image sont étudiées avec beaucoup de soin, il faut remplir une série d’exigences et d’apparences”, explique Rayón.

PUBLICITÉ

“Cependant, ce qui a été fait avec Leonor est exactement le contraire : ils l’ont protégée de ces campagnes de communication”, ajoute-t-il.

L’expert en communication non verbale José Luis Martín Ovejero est d’accord avec Rayón et estime que Leonor n’a pas besoin d’une campagne de communication car elle attire par elle-même la sympathie des gens.

“Tant par sa communication – son comportement verbal et non verbal – elle montre toujours qu’elle est très naturelle et heureuse. On ne voit jamais de gestes grossiers ou de mauvaises manières, non pas parce que ces images sont censurées, mais parce qu’elle n’est pas comme ça”, dit Ovejero.

On sait peu de choses sur ce qu’est Leonor en privé et ce qu’elle aime faire pendant son temps libre, mais son importance sur la scène nationale est montée en flèche.

L’expert en communication non verbale affirme que la princesse est plus à l’honneur que ses prédécesseurs parce que les médias n’ont pas réussi à toucher le public autant que le font désormais les réseaux sociaux.

PUBLICITÉ

Et cela se reflète dans une augmentation de 37 % des recherches Google liées à Leonor, selon le cabinet de conseil José Noblejas.

Même si les experts prédisent que Leonor pourrait être la princesse européenne la plus charismatique, elle devra au niveau national convaincre les partis et groupes politiques très hostiles à la famille royale – y compris les hommes politiques qui n’assisteront pas à sa cérémonie d’investiture le Mardi.