« Le rêve devient réalité » pour un artiste des Premières Nations alors qu’un magasin de tissus de Winnipeg commande des créations autochtones

Des motifs de tissus colorés qui associent culture et créativité arrivent sur les étagères d’un magasin de Winnipeg.

Marshall Fabrics demande à des artistes autochtones de créer des motifs à transporter dans ses magasins. Un nouveau motif d’un artiste différent sera publié tous les six mois en édition limitée.

« C’est comme si un rêve devenait réalité », a déclaré l’artiste manitobaine Carrie Okemaw, la première artiste à avoir imprimé sa création sur des rouleaux de coton de 500 mètres de long.

“J’ai besoin de le voir pour le croire, car je suis encore sous le choc”, a déclaré le designer autodidacte, qui a des liens à la fois avec la nation crie Manto Sipi et la communauté ojibway de la Première nation de Berens River dans l’est du pays. Manitoba.

Le magasin de tissus de Winnipeg a lancé la nouvelle gamme de tissus mercredi. La gérante de son magasin de la rue King Edward, Beth Syrnyk, dit avoir déjà reçu des commandes de clients de la Colombie-Britannique, de la Nouvelle-Écosse et des États-Unis.

Beth Syrnyk, directrice de Marshall Fabrics sur la rue King Edward à Winnipeg, tient le tissu conçu par Okemaw. Elle voulait que l’artiste autochtone soit représenté dans les modèles que le magasin vend. (Jeff Stapleton/CBC)

“Tout le monde l’aime vraiment. C’est brillant, coloré et joyeux, et il y a des fraises dessus, ce qui est très important dans la culture autochtone”, a-t-elle déclaré.

La boutique cherchait un artiste autochtone avec qui faire équipe depuis des années, a déclaré Syrnyk.

“Nous vendons beaucoup d’estampes autochtones dans notre magasin, mais beaucoup d’entreprises qui fabriquent des estampes autochtones n’utilisent pas d’artistes autochtones”, a-t-elle déclaré.

“J’ai pensé qu’il était important qu’ils commencent à être représentés dans les tissus que nous vendons.”

Faire partie du processus

Pendant ce temps, Okemaw a déclaré qu’elle avait essayé de trouver une entreprise qui pourrait imprimer ses créations.

“Nous nous cherchions en quelque sorte en même temps”, a déclaré Okemaw, qui vit maintenant à Edmonton.

La femme de 39 ans perle et coud des insignes de pow-wow depuis plus de 20 ans, mais n’a jamais trouvé ce qu’elle cherchait dans les magasins.

“J’ai vu très peu de tissus qui faisaient partie de qui j’étais”, a déclaré Okemaw, qui admet qu’elle est pointilleuse sur les tissus qu’elle choisit pour ses insignes.

“Les couleurs, les formes, jusqu’à la taille des fleurs, alors un jour j’ai pensé à fabriquer mon propre tissu.”

« Le rêve devient réalité » pour un artiste des Premières Nations alors qu'un magasin de tissus de Winnipeg commande des créations autochtones
Le design d’Okemaw est disponible en six couleurs différentes, chacune limitée à un rouleau de tissu de 500 mètres. (Jeff Stapleton/CBC)

Okemaw se dit fière d’être la première artiste à figurer dans les nouvelles commandes de Marshall Fabrics. Son travail est un mélange unique de sa culture crie et ojibway, dit-elle, mais il est aussi très personnel et inspiré par les femmes de sa famille.

“Cela me fait vraiment plaisir de mettre en pratique ce que ma défunte grand-mère et ma défunte tante m’ont appris”, a déclaré Okemaw.

“Je suis si fier de pouvoir continuer ce que… [they] m’a montré à un jeune âge.”

“C’est inspirant”, dit l’acheteur

Tasha Adams de Migisi Sahgaigan (également connu sous le nom d’Eagle Lake) dans le nord-ouest de l’Ontario était à Winnipeg jeudi pour découvrir la nouvelle gamme de tissus.

“J’ai pensé que je ferais mieux de venir ici et de vérifier avant que tout soit parti.”

« Le rêve devient réalité » pour un artiste des Premières Nations alors qu'un magasin de tissus de Winnipeg commande des créations autochtones
Tasha Adams, à gauche, était à Marshall Fabrics jeudi pour acheter une partie du tissu à utiliser dans la fabrication d’insignes de danseuse des bois pour son fils, Carter Perrault. (Jeff Stapleton/CBC)

Adams a acheté une partie du tissu d’Okemaw pour fabriquer des insignes de danseuse des bois pour son fils.

“J’aime les imprimés originaux de la vieille école de fleurs cries et ojibwées, j’aime les fraises dessus. J’aime tout le mélange de couleurs qu’il contient. Cela me rappelle beaucoup notre culture”, a déclaré Adams.

“Il y a dix ans, quand j’ai fait des insignes avec ma mère, ce n’était nulle part dans n’importe quel magasin.”

Adams a déclaré que cela la rendait fière de voir les motifs mis en évidence à l’avant du magasin.

“C’est encourageant. C’est inspirant.”

Syrnyk dit qu’une grande partie de la clientèle du magasin est autochtone, et elle est heureuse d’offrir à des fabricants comme Adams un produit authentique.

Tirages en édition limitée

Le design d’Okemaw sera disponible en six couleurs différentes, avec seulement 500 mètres de chaque imprimé pour garder les motifs uniques et spéciaux, a déclaré Syrnyk.

Cela signifie également que “les gens qui fabriquent des choses ont tout le temps quelque chose de nouveau à travailler, donc ils ne travaillent pas avec le même tissu encore et encore”, a-t-elle déclaré.

Les patrons seront également offerts dans les magasins Marshall Fabrics à Edmonton et à Lethbridge, en Alberta.

« Le rêve devient réalité » pour un artiste des Premières Nations alors qu'un magasin de tissus de Winnipeg commande des créations autochtones
Okemaw a conçu ces insignes pour sa fille. L’artiste perle et coud depuis plus de 20 ans et a toujours voulu imprimer ses propres créations. (Soumis par Carrie Okemaw)

Le magasin est toujours à la recherche de plus d’artistes avec qui travailler et espère que la prochaine version sera disponible à la fin de cette année.

Okemaw veut que les autres artistes sachent qu’il n’est pas nécessaire d’être un professionnel pour se lancer dans la création d’un design numérique.

“Il suffit d’avoir un esprit créatif, une âme créative et une volonté de prendre des risques.”