Skip to content

Un Airbus A380 de British Airways à l'aéroport d'Heathrow à Londres.

David Dyson | British Airways

Le propriétaire de British Airways, IAG, a déclaré que le coronavirus atteindrait des bénéfices cette année, mais la nature en évolution rapide de l'épidémie signifie qu'il ne peut pas dire de combien.

Le coronavirus, qui a émergé à la fin de l'année dernière en Chine, a fait plonger la demande de voyages ces dernières semaines alors que l'épidémie s'est propagée. Les compagnies aériennes volent aveuglément dans une crise dont la gravité et la durée sont inconnues.

IAG, qui détient également Iberia et Aer Lingus, donne généralement des prévisions de bénéfices à cette période de l'année, mais a déclaré que l'incertitude persistante quant à l'impact et à la durée du coronavirus signifiait qu'il ne pouvait pas fournir des indications précises sur les bénéfices à ce stade.

"La situation évolue rapidement", a déclaré le directeur général Willie Walsh aux journalistes. "Je ne dirais pas que c'est sans précédent. Nous avons vu d'autres défis pour l'industrie."

British Airways a annulé ces derniers jours des vols à destination et en provenance de l'Italie, de Singapour et de la Corée du Sud, après avoir suspendu tous ses vols directs vers la Chine en janvier.

La compagnie aérienne low-cost easyJet a également averti vendredi qu'elle avait vu un assouplissement "important" de la demande pour ses bases du nord de l'Italie, et qu'elle annulerait des vols et réduirait les coûts.

IAG a déclaré qu'il réduisait les coûts et mettait en œuvre des initiatives de revenus pour l'aider à traverser la tempête, à la suite de compagnies aériennes rivales telles que Lufthansa en Allemagne et KLM basée à Amsterdam, qui ont réduit leurs coûts ces derniers jours.

Chez IAG, les annulations de vols en raison de la baisse de la demande de voyages limiteraient la croissance des capacités cette année, a-t-il déclaré, ajoutant qu'il prévoyait de supprimer davantage de vols sur son réseau européen court-courrier dans les prochains jours, en réponse à une épidémie de virus en Italie.

Pour 2019, IAG a annoncé une baisse de 5,7% de son résultat d'exploitation à 3,285 milliards d'euros, légèrement en avance par rapport à une prévision rétrogradée de 3,27 milliards d'euros qu'il avait donnée en septembre lorsqu'il a déclaré qu'une grève des pilotes entraînerait un coup dur de 215 millions d'euros.

Le PDG d'IAG, Willie Walsh, supervise sa dernière annonce des résultats trimestriels avant de remettre les rênes au nouveau patron Luis Gallego, actuellement le patron de la compagnie aérienne Iberia d'IAG, le 26 mars.