Dernières Nouvelles | News 24

Le procureur chargé de l’affaire Trump en Géorgie règle le divorce en évitant les témoignages

Le procureur spécial chargé de l’affaire d’ingérence électorale contre l’ancien président Donald J. Trump n’aura pas à témoigner cette semaine sur une prétendue relation amoureuse avec son patron, Fani T. Willis, le procureur du comté de Fulton, après avoir conclu un accord de divorce mardi.

La résolution du divorce entre le procureur spécial, Nathan J. Wade, et son épouse laisse sans réponse, pour le moment, une question qui a créé un péril potentiel pour les poursuites très médiatisées engagées par Mme Willis contre M. Trump et 14 de ses alliés. .

Mme Willis a embauché M. Wade, un avocat en pratique privée, en 2021 pour l’aider à gérer l’affaire Trump, affirmant qu’elle avait besoin d’un confident digne de confiance pour ce travail. Mais un dossier déposé il y a trois semaines par l’un des coaccusés de M. Trump, Michael Roman, affirmait que les deux procureurs entretenaient une relation amoureuse et avaient pris des vacances payées par M. Wade.

M. Roman soutient que cela équivaut à un conflit d’intérêts et constitue un motif pour retirer les deux procureurs, ainsi que l’ensemble du bureau de Mme Willis, de l’affaire.

Jusqu’à présent, ni M. Wade ni Mme Willis n’ont confirmé ou nié les allégations de relation. Mais ces derniers jours, il semblait de plus en plus probable que M. Wade serait contraint de répondre à ses demandes lors d’une audience de divorce mercredi, où il devait témoigner.

L’audience a été sabordée à la dernière minute, avec un « accord provisoire » annoncé par le juge mardi après-midi. M. Wade a épousé Joycelyn Wade en 1997 et a demandé le divorce il y a plus de deux ans.

Mme Willis a jusqu’à vendredi pour répondre au dossier de M. Roman. Il n’est pas clair si elle abordera les allégations de relation dans sa réponse.

Le dossier de M. Roman, un ancien membre de l’équipe de campagne de Trump, n’apporte aucune preuve de la relation amoureuse entre les procureurs. Mais il a indiqué qu’ils avaient été vus “dans le cadre d’une relation personnelle” autour d’Atlanta et a affirmé que des personnes proches d’eux l’avaient confirmé.

M. Wade a récolté plus de 650 000 $ en frais juridiques depuis que Mme Willis l’a embauché en novembre 2021. Le dossier de M. Roman indiquait que Mme Willis, en prenant des vacances payées par M. Wade, avait « profité de manière significative de cette poursuite à aux dépens des contribuables. » C’est là, dit-il, le conflit d’intérêts.

Ces allégations ne changent rien aux faits sous-jacents à l’affaire, selon lesquels M. Trump et ses alliés se sont engagés dans un complot visant à renverser les résultats de l’élection présidentielle de 2020 en Géorgie. Quatre des 19 accusés initiaux ont déjà plaidé coupables, dont certains des plus ardents défenseurs de M. Trump. L’une d’elles, Jenna Ellis, a déclaré en larmes lors d’une audience à la fin de l’année dernière qu’elle regardait ce qu’elle avait fait « avec de profonds remords ».

Les experts juridiques ne sont pas d’accord sur la solidité du dossier de M. Roman et sur la question de savoir si cela convaincra le juge qui préside l’affaire, Scott McAfee de la Cour supérieure du comté de Fulton, que l’équipe de poursuite devrait être révoquée. Le dossier de M. Roman demande également que les sept accusations criminelles portées contre lui soient rejetées.

Mais les accusations ont créé d’autres complications sérieuses pour Mme Willis. Le comté de Fulton a ouvert une enquête et a demandé à Mme Willis de fournir de nombreux documents, notamment des factures et des paiements aux procureurs spéciaux ; la commission du comté n’a cependant pas le pouvoir de révoquer le procureur élu.

Une nouvelle commission créée par les législateurs républicains pour superviser les procureurs devrait examiner la conduite de Mme Willis et pourrait constituer une menace plus grave. Même si le législateur n’a pas encore déterminé l’étendue des pouvoirs de la commission, elle sera très probablement en mesure de sanctionner ou de révoquer les procureurs géorgiens.