Skip to content

«En tant qu’organisations vouées à l’introduction des changements nécessaires en matière de protection sociale, nous souhaitons qu'un nouveau gouvernement mette en œuvre une réforme du financement afin de générer des investissements durables qui favorisent le bien-être des personnes…

«En travaillant ensemble, nous pouvons tirer le meilleur parti de cette opportunité pour le bénéfice de toute la population. C'est dans l'intérêt national, il ne faut pas le gaspiller à nouveau. "

UNEParmi les signataires figurent l’Association des gouvernements locaux, l’Age britannique, la Société Alzheimer, l’Association des directeurs de la santé publique, l’Association pour un changement réel, les opérateurs associés de la retraite, Care England, la Care Provider Alliance et Carers UK.

Parmi les autres organisations caritatives et organisations qui ont signé la lettre, on peut citer: Independent Age, la confédération du NHS, Shared Lives Plus, Solace, l’Association britannique des soins à domicile (UKHCA) et le Voluntary Organizations Disability Group.

Leur lettre vient après cet été, quand Age UK a averti qu'un nombre record de personnes âgées de plus de 65 ans ne recevaient pas les soins dont elles ont besoin, mais que leur nombre augmentait de «beaucoup plus de risques de ne pas manger suffisamment, de tomber et de se blesser».

L'organisme de bienfaisance a averti que le système de soins était au bord de "l'effondrement". Selon les derniers chiffres disponibles, en 2018, un nombre record de 1,4 million de personnes âgées de 65 ans et plus avaient des besoins non satisfaits et peinaient à mener à bien des activités de base de la vie quotidienne telles que manger, se laver, se vêtir, aller aux toilettes et aller au lit .

En 2017, ce chiffre était de 1,2 million, contre 1,04 million en 2015. Les données révèlent que le chiffre record de 2018 a plus que doublé en quatre ans, après que seulement 900 000 personnes de plus de 65 ans aient enregistré des besoins non satisfaits en 2014.

"Tout le monde mérite le droit de mener la vie qu’il veut mener, qu’il s’agisse de maintenir des relations sociales et familiales, de poursuivre des activités, d’étudier, de travailler ou de vivre dans un endroit qui se sent chez soi", ajoute la lettre.

«Les services sociaux fournissent un soutien vital qui contribue à rendre cela possible. Cela contribue également à maintenir notre système de santé national et à soutenir l’économie de notre pays.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *