Le prochain gouvernement de l’Ontario doit maintenir vivant le rêve de l’accession à la propriété

L’Ontario fait face à une crise historique de l’abordabilité du logement. La perspective de posséder une maison disparaît pour toute une génération, et les Ontariens ont un besoin urgent que le gouvernement provincial agisse maintenant.

L’offre limitée causée par des décennies de sous-construction, le NIMBYisme réflexe, les facteurs liés à la pandémie et l’évolution démographique ont entraîné une flambée des prix des logements dans toute la province. En avril, huit marchés immobiliers en Ontario avaient un prix moyen des maisons supérieur à un million de dollars, et six autres sont sur le point de franchir la barre du million de dollars. Le prix moyen d’une maison en Ontario a augmenté de 70 % — passant de 578 000 $ à 985 000 $ — depuis 2018.

Bien qu’il y ait eu une pause récente dans l’escalade des prix, les acheteurs d’une première maison restent frustrés de ne jamais obtenir les clés de leur propre maison. L’abordabilité continue d’être un défi, avec la hausse des taux d’intérêt, l’offre limitée et les coûts exorbitants de construction de maisons qui exercent une forte pression à la hausse sur les prix des maisons.

Afin de sauver le rêve canadien de l’accession à la propriété, tous les chefs de parti et candidats doivent établir des plans clairs pour s’assurer que les générations futures aient une chance de posséder une maison.

Un récent sondage mené par Abacus Data pour le compte de l’Ontario Real Estate Association a révélé que 73 % des Ontariens pensent que rendre le logement plus abordable devrait être une grande priorité pour le gouvernement de l’Ontario, 84 % affirmant que les idées d’un parti pour résoudre le problème du logement La crise de l’accessibilité pourrait être un facteur important pour décider pour qui voter le 2 juin.

Et tandis que tous les principaux partis politiques ont inclus des solutions à la crise dans leurs plateformes, comme la construction de 1,5 million de maisons comme le recommande le Groupe de travail sur l’abordabilité du logement de l’Ontario, ce que le gouvernement nouvellement élu fait pour donner la priorité au choix et à l’abordabilité – et à quelle vitesse ils agir pour aller de l’avant – sera critique.

Il existe des solutions audacieuses pour maîtriser la crise du logement qui, si elles sont adoptées, contribueraient à créer la prochaine génération de propriétaires ontariens. Ils comprennent:

  • Réduction des coûts pour les acheteurs d’une première maison. Les jeunes familles sont les plus touchées par la crise de l’abordabilité. La province peut aider en éliminant les droits de cession immobilière pour les acheteurs d’une première maison, ou du moins commencer en doublant le remboursement d’impôt actuel de 4 000 $ à 8 000 $.

  • Mettre fin au zonage d’exclusion. Permettre la construction de duplex, triplex et quadruplex sur des terrains traditionnellement zonés pour l’habitation unifamiliale dans les quartiers urbains en forte demande.
  • Convertir les propriétés gouvernementales et commerciales sous-utilisées en maisons. Éliminez les formalités administratives et accélérez les processus pour convertir ces propriétés en logements abordables.
  • Créer un Fonds ontarien de prestation de logements. Travailler avec tous les paliers de gouvernement pour récompenser les municipalités qui encouragent les politiques de logement favorables à la croissance et qui investissent dans leurs collectivités.
  • Introduire des incitatifs pour la rénovation écologique des maisons. Mettre en œuvre un programme volontaire de vérification énergétique domiciliaire et offrir des incitatifs pour encourager les consommateurs à acheter des rénovations écologiques et à économiser sur leurs factures d’énergie.
  • Faire de l’Ontario un chef de file en Amérique du Nord pour la protection des consommateurs dans l’immobilier. Protégez les acheteurs et les vendeurs en adoptant des réglementations clés (y compris le code de déontologie et les règlements généraux) en vertu de la loi sur la confiance dans les services immobiliers.
  • Retirez l’argent sale de l’immobilier en Ontario. Créer un registre public des propriétaires véritables créé en Ontario, afin d’empêcher les fonctionnaires étrangers corrompus et les barons de la drogue de blanchir de l’argent par le biais de l’immobilier.
  • Réparer le Tribunal des terres de l’Ontario. Encourager le gouvernement à habiliter le tribunal à prioriser les cas qui augmenteraient rapidement l’offre de logements, tout en embauchant plus d’arbitres pour s’attaquer à l’arriéré croissant de cas.

Nous sommes à un tournant. Les électeurs réclament des actions concrètes pour faire face à l’abordabilité du logement. Les jeunes talents — la prochaine génération de créateurs d’emplois et d’entrepreneurs — se tournent de plus en plus vers d’autres provinces pour trouver des logements abordables.

Qu’il s’agisse de la génération Y qui lutte pour entrer sur le marché, de familles grandissantes à la recherche de plus d’espace ou de la réduction du nombre de nids vides, il est clair que les Ontariens veulent de l’action — et ils ont l’intention de voter pour le parti qui propose des solutions pour maintenir vivant le rêve canadien de l’accession à la propriété.

Et vous ne pouvez pas les blâmer. Il n’y a rien comme un endroit idéal pour appeler à la maison.