Le président ukrainien Zelenskyy répond aux questions des étudiants canadiens

Mercredi, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy s’est adressé virtuellement à un auditoire en personne à l’Université de Toronto, expliquant le besoin de l’Ukraine d’un soutien financier, d’une aide humanitaire et de sanctions contre la Russie, en présence virtuelle d’étudiants de nombreuses universités canadiennes.

Les questions des étudiants canadiens ont porté sur des sujets aussi variés que les modèles culturels de Zelenskyy, comment Internet façonne la perception publique de la guerre et ce que, selon lui, l’avenir réserve à l’Ukraine.

Près de quatre mois après le début de l’invasion de son pays par la Russie, la conférence de Zelenskyy, animée par la Munk School of Global Affairs de l’Université de Toronto, a offert son point de vue sur les libertés démocratiques, la sécurité des citoyens pendant la guerre et si l’OTAN pouvait être réformée pour prévenir de futures crises internationales.

Voici quelques faits saillants des questions-réponses de Zelenskyy, avec des questions provenant d’étudiants inscrits à l’Université de la Saskatchewan, à l’Université de Calgary et à l’Université de Toronto :


Les citations ont été corrigées pour la grammaire et la mise en forme


Au cours des quatre derniers mois, vous avez été comparé à tant d’icônes culturelles, allant de Winston Churchill à Harry Potter. Quels sont vos modèles historiques ou littéraires que vous admirez pour la force et l’inspiration ?

Zelenskyy : Tout d’abord, merci pour ce genre de comparaisons. Harry Potter est meilleur que Voldemort. Nous savons qui est Voldemort dans cette guerre, et nous savons qui est Harry Potter, donc nous savons comment la guerre se terminera.

Pour être honnête, je serai très trivial dans ma réponse… Je pense que ces modèles sont les Ukrainiens, et ils sont très nombreux… Un fermier ukrainien ordinaire qui prendra son tracteur et fermera la route aux chars russes lors de l’invasion. Une femme ordinaire de notre village qui est sortie et a arrêté les véhicules blindés avec ses mains. Nos beaux enfants qui étaient assis dans leurs appartements lorsque les missiles ennemis ont frappé leur maison, et malheureusement ils reposent en paix.

Ce sont des Ukrainiens qui sont restés en Ukraine et qui n’ont pas renoncé à notre liberté.


À l’heure actuelle, de nombreux étudiants ukrainiens ont quitté le pays pour étudier dans des universités étrangères. Comment le gouvernement ukrainien peut-il faire en sorte que les plus intelligents de cette génération puissent revenir en Ukraine et avoir un avenir radieux ?

Zelenskyy : Il y a plusieurs étapes que nous devons franchir avec le gouvernement et le peuple. Nous devons nous assurer que nos aspects de sécurité sont protégés. Nous devons défendre fermement notre terre, nos universités et nos villes, et utiliser la capacité de notre pays.

En défendant notre pays, en garantissant nos solides aspects de sécurité, nous jetons les bases d’un pays qui deviendra différent d’une agression à part entière. La situation sécuritaire doit devenir la meilleure du monde. C’est une tâche pour le gouvernement, pour les forces de l’ordre, pour l’armée. Et c’est ce qui va se passer… Nous n’avons pas le temps pour les tracasseries bureaucratiques car nous sommes un pays en guerre.


Avec la disponibilité des médias sociaux, une grande partie de la guerre a été accessible au public, contrairement aux guerres précédentes. Comment pensez-vous qu’Internet a façonné la façon dont le monde perçoit la guerre en Ukraine ?

Zelenskyy : Les médias sociaux sont un espace qui signifie des opportunités. Nous pouvons réduire les distances entre notre pays et les autres pays. Entre le gouvernement et la société. Cela donne l’occasion, en utilisant cet instrument, de partager la vérité.

Dans notre cas, c’est presque comme une arme, montrant au monde ce qui se passe en Ukraine. Cela signifie la liberté. Cela signifie la liberté de la presse, la liberté d’expression, la liberté de pensée. Certains pensent qu’en Russie et dans d’autres pays où les ressources Internet sont bloquées, où il n’y a aucune possibilité de parler librement, c’est le défi de la dictature. Parce que les gens n’ont pas la capacité d’analyser et de décider ce qui est la vérité et le mensonge et n’ont pas les moyens de comparer les faits et les arguments.

Pour nous, Internet est une sorte d’arme. Grâce à cela, nous pouvons montrer ce qui se passe en Ukraine.


En tant que jeune, je suis très préoccupé par le nationalisme égocentrique et l’échec de l’engagement à promouvoir la démocratie dans le monde que je constate ici en Amérique du Nord. Comment convaincre les autres que la démocratie idéale vaut la peine d’être combattue et sacrifiée ?

Quand nous disons que nous nous battons pour des valeurs communes, c’est absolument vrai. La guerre n’a pas de distance. Nous luttons pour les mêmes valeurs avec lesquelles n’importe quel pays voudrait vivre… Il s’agit du droit de choisir… Nous protégeons cela.

Comme je l’ai dit, dans le monde contemporain, la guerre n’a pas de distance. Si nous permettons que cela se produise ici, cela pourrait arriver n’importe où… Tous les pays devraient répondre à l’agresseur comme si cette guerre était menée dans votre propre pays.


Depuis le début de la guerre en février, la loi martiale a été instaurée en Ukraine et nous sommes curieux de savoir comment vous et le gouvernement avez réussi à équilibrer les libertés démocratiques et la sécurité des Ukrainiens et la sécurité de la nation, et comment la demande d’adhésion à l’UE a influencé la décision du gouvernement dans ces actions?

Malheureusement, je dois reconnaître que nous n’avons pas eu de loi martiale avant cela. Jamais. Nous avons donc dû réagir très rapidement. Parfois très rigidement. Parce que lorsque vous protégez la démocratie, il n’est peut-être pas question de n’avoir que des moyens démocratiques pour le faire.

La démocratie permet le dialecte de choix, mais quand la guerre continue, il n’y a pas de temps pour le dialecte. Il n’y a pas de temps parce que vous ne comptez pas des secondes ou des minutes, mais des vies humaines. Le nombre de survivants et le nombre de morts… Je dois dire que pour protéger la démocratie, vous devez agir rapidement et de manière non démocratique.

Mais quand ça finira, quand la guerre finira, je pense que ça portera de bons fruits. En termes d’entrée équitable dans l’Union européenne et de statut de candidat pour notre pays, je pense que l’Ukraine obtiendra le statut de candidat à l'(UE). Nous nous dirigeons vers cela depuis de nombreuses années. Certaines personnes de mon équipe ont l’impression que cela va dans la lumière de l’obscurité. Je crois que les 27 pays européens soutiendront notre statut de candidat. En termes de notre armée et de notre société, c’est un grand facteur de motivation pour l’unité et pour la victoire du peuple ukrainien.