Le président tchèque a prêté serment dimanche à Petr Fiala en tant que nouveau Premier ministre du pays à la suite des élections législatives du mois dernier.

Milos Zeman en fauteuil roulant, a été séparé de Fiala et des autres responsables par des panneaux transparents lors de la cérémonie au château présidentiel de Lany, à l’ouest de Prague. Le président a été testé positif au coronavirus la semaine dernière et doit s’isoler.

Zeman a souhaité à Fiala « succès ».

À la suite du vote des 8 et 9 octobre, une coalition tripartite libérale-conservatrice connue sous le nom d’Ensemble, composée du Parti civique démocrate, des Démocrates chrétiens et du parti TOP 09, est arrivée en tête avec une part des voix de 27,8 %.

Ensemble, ils ont fait équipe avec une coalition libérale de centre-gauche composée du Parti pirate et du STAN – un groupe de maires et de candidats indépendants – qui est arrivé à la troisième place avec 15,6% des voix.

Le nouveau partenariat détiendra 108 sièges dans la chambre basse du Parlement, qui compte 200 sièges, reléguant le Premier ministre populiste Andrej Babis et son mouvement centriste ANO (YES) dans l’opposition.

Les cinq partis de la future coalition gouvernementale se sont mis d’accord sur un accord de partage du pouvoir. Ils sont plus proches de l’Union européenne que les eurosceptiques Babis.

Fiala, 57 ans, qui dirige le Parti démocratique civique conservateur depuis 2014, est professeur de sciences politiques. Auparavant, il a été ministre de l’Éducation entre 2012 et 2013.

On ne sait pas immédiatement quand Zeman pourrait nommer l’ensemble du cabinet. Zeman a déclaré qu’il rencontrerait les candidats aux ministres entre le lundi et le 13 décembre pour discuter de leurs futurs emplois.

Zeman, 77 ans, n’est sorti de l’hôpital militaire de la capitale que samedi après plus d’un mois de traitement pour une maladie non précisée, puis quelques jours d’inquiétude après avoir été testé positif au coronavirus. La cérémonie devait initialement avoir lieu vendredi.

Il a été transporté d’urgence à l’hôpital le 10 octobre, un jour après les élections à la chambre basse du Parlement, et a été soigné dans une unité de soins intensifs. Son état a été attribué à une maladie chronique non précisée.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.