Skip to content

MLe président ali a averti que l'existence même de son pays est en danger après l'attaque par des militants de l'État islamique qui a tué au moins 49 soldats.

Le président Ibrahim Boubacar Keïta a déclaré trois jours de deuil après l'attaque de vendredi dernier contre une base militaire à Indelimane, dans le nord-est du pays.

Les combattants ont envahi la base, ont tué les troupes et ont ensuite posé dans des vidéos avec des armes lourdes et des véhicules militaires pillés.

"La stabilité et l'existence de notre pays sont en jeu, notre seule réponse doit être l'unité nationale… autour de notre armée nationale", a déclaré M. Keïta à la télévision nationale lundi soir.

L'Etat islamique au Grand Sahara (ISGS) a revendiqué le massacre et une autre explosion d'IED qui a tué un soldat français samedi.

Alors que l’Etat islamique (Isil) a été largement vaincu au Moyen-Orient, le cousin du groupe au Sahel, vaste région aride sous le Sahara, ne cesse de se renforcer.

Au cours des dernières semaines, le Mali a subi des attaques répétées contre ses militaires. Le mois dernier, les djihadistes alliés à Al-Qaïda ont tué au moins 40 soldats près de la frontière avec le Burkina Faso.

Le conflit au Mali a commencé fin 2012 lorsque des djihadistes et des séparatistes touaregs, lourdement armés avec des armes issues de la guerre civile en Libye, sont sortis du désert du Sahara et ont envahi la moitié nord du pays.

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *