BEYROUTH (AP) – Le président Michel Aoun a quitté dimanche le palais présidentiel libanais marquant la fin de son mandat de six ans sans remplaçant, laissant la petite nation dans un vide politique qui risque d’aggraver son effondrement économique historique.

Alors que le mandat d’Aoun se termine, le pays est dirigé par un gouvernement intérimaire après que le Premier ministre désigné Najib Mikati n’a pas réussi à former un nouveau cabinet à la suite des élections législatives du 15 mai. Aoun et ses partisans préviennent qu’un tel gouvernement n’a pas les pleins pouvoirs pour diriger le pays, affirmant que des semaines de « chaos constitutionnel » les attendent.

Dans un discours devant le palais, Aoun a déclaré à des milliers de partisans qu’il avait accepté la démission du gouvernement de Mikati. Cette décision risque de priver davantage l’administration intérimaire de légitimité et d’aggraver les tensions politiques existantes dans le pays.

Les Libanais sont profondément divisés sur Aoun, un chrétien maronite de 87 ans et ancien commandant de l’armée, certains le considérant comme un défenseur de la communauté chrétienne du pays et une figure de proue qui a tenté de lutter sérieusement contre la corruption au Liban. Ses adversaires le critiquent pour son rôle dans la guerre civile de 1975-1990 et pour ses alliances changeantes, en particulier avec le Hezbollah soutenu par l’Iran, la force militaire et politique la plus puissante du pays. Il a également été critiqué pour avoir préparé son gendre à le remplacer, et beaucoup lui reprochent la crise économique enracinée dans des décennies de corruption et de mauvaise gestion.

Aoun, 13e président du Liban depuis l’indépendance du pays vis-à-vis de la France en 1943, a vu les relations historiques de Beyrouth avec les pays du golfe riches en pétrole se détériorer en raison des pouvoirs du Hezbollah et de l’une des plus grandes explosions non nucléaires au monde dans le port de Beyrouth en août 2020 qui a tué plus de 200 personnes. .

Aoun a fustigé ses opposants politiques et a déclaré qu’ils l’avaient empêché de traduire en justice le gouverneur de la banque centrale Riad Salameh, qui fait l’objet d’une enquête dans plusieurs pays européens, dont la Suisse, la France, le Luxembourg et le Liechtenstein pour des allégations de blanchiment d’argent et de détournement de fonds.

“Je quitte un pays qui est volé”, a déclaré Aoun, ajoutant que tous les Libanais ont été blessés en perdant leurs économies dans les banques locales. Il a ajouté que certains politiciens ont empêché l’enquête sur l’explosion du port.

Aoun, qui a blâmé ses rivaux politiques et d’autres pour la crise à l’exception des membres de son parti politique, a ensuite quitté le palais et s’est dirigé vers sa résidence dans la banlieue nord de Beyrouth, Rabieh.

La plus grande réussite d’Aoun est survenue la semaine dernière. Il a signé un accord de frontière maritime avec Israël, sous la médiation des États-Unis, qui, espère Beyrouth, conduira à l’exploration gazière en Méditerranée. Cela aidera vraisemblablement le Liban à sortir de sa crise économique qui a été décrite par la Banque mondiale comme l’une des pires que le monde ait connues depuis les années 1850.

Le Parlement a tenu quatre sessions depuis fin septembre pour élire un président, mais aucun candidat n’a pu obtenir la majorité des deux tiers des voix requise. Comme lors des votes précédents, les blocs parlementaires devront s’entendre sur un candidat consensuel pour le poste le plus élevé du pays, car aucune alliance au sein de la législature ne contrôle les sièges majoritaires.

Aoun lui-même a été élu en 2016 après plus de deux ans de vacance. Malgré le soutien du Hezbollah à l’époque, Aoun n’a été élu qu’après avoir reçu le soutien du bloc de ses principaux rivaux du Parti des Forces chrétiennes libanaises ainsi que du bloc de l’ancien Premier ministre Saad Hariri.

Selon l’accord de partage du pouvoir au Liban, le président doit être un chrétien maronite, le président du parlement un chiite et le premier ministre un musulman sunnite. Les sièges du cabinet et du gouvernement sont également répartis entre musulmans et chrétiens. Chrétiens, sunnites et chiites représentent chacun environ un tiers des 5 millions d’habitants du Liban.

Bassem Mroue, The Associated Press