Dernières Nouvelles | News 24

Le président de la plus haute cour de l’ONU a un long historique de parti pris anti-israélien : « Conflit d’intérêts »

JERUSALEM – La controversée Cour internationale de Justice (CIJ) fait face non seulement à de sévères critiques pour son ordonnance de vendredi déclarant qu’Israël devrait cesser son offensive militaire à Rafah pour extirper le Hamas, mais également à cause du parti pris anti-israélien bien documenté de l’ONU. le président du tribunal.

« En termes simples, la plus haute instance juridique de l’ONU est un outil politique de l’antisémitisme mondial. Le juge qui présidait cette affaire était la CIJ. [International Court of Justice] Le président Nawaf Salam. Il vient du Liban, un pays qui ne reconnaît pas le droit d’Israël à exister. Et pendant son temps libre, il a a tweeté de telles choses comme un mème qui dit « malheureux anniversaire : 48 ans d’occupation ». C’est un politicien – un politicien anti-israélien enragé – déguisé par l’ONU en juge », a déclaré à Fox News Digital Anne Bayefsky, directrice de l’Institut Touro sur les droits de l’homme et l’Holocauste.

Bayefsky, un expert juridique de l’ONU qui supervise Human Rights Voices, a déclaré : « Et d’où sa Cour fantoche a-t-elle tiré ses « faits » dans cette affaire ? Eh bien, les Nations Unies, bien sûr. Une institution dont les plus hautes instances – la Sécurité Le Conseil, l’Assemblée générale et le Conseil des droits de l’homme n’ont jamais condamné les terroristes du Hamas et leurs atrocités du 7 octobre. »

LES CORPS DE TROIS OTAGES PRIS PAR LE HAMAS LORS DE L’ATTAQUE CONTRE ISRAËL RÉCUPÉRÉS À GAZA

Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice, écoute lors d’une audience à La Haye, le 1er mai 2024. (Remko de Waal/ANP/AFP via Getty Images)

Orde Kittrie, chercheur principal à la Fondation pour la défense des démocraties, a soutenu dans un communiqué publié en février Article d’opinion du Wall Street Journal que l’activisme politique du juge Salam au Liban a contribué à son parti pris contre Israël et viole les règles de la CIJ. Il a écrit que les règles de la CIJ en matière de conflits d’intérêts stipulent qu’aucun juge « ne peut exercer une quelconque fonction politique ou administrative, ni s’engager dans toute autre activité de nature professionnelle ».

Kittrie, professeur de droit à l’Université d’État de l’Arizona, a également noté que la charte de la CIJ stipule qu’aucun juriste « ne peut participer à la décision d’une affaire à laquelle il a déjà pris part » en tant qu’« avocat » ou « à tout autre titre ».

L’armée israélienne affirme que ses « troupes poursuivent leurs opérations contre des cibles terroristes dans la région de Rafah ». (Bureau du porte-parole de Tsahal)

NETANYAHU DIT QU’ISRAÉL REFUSE DE LAISSER LES BATAILLONS RESTANTS DU HAMAS À RAFAH : « NOUS Y ALLONS »

Salam se serait présenté comme Premier ministre du Liban lors des deux dernières élections et, comme l’a écrit Kittrie, a été ambassadeur du Liban à l’ONU de 2007 à 2017. Salam « dénonçait et votait régulièrement contre la conduite militaire et la présence d’Israël dans les territoires contestés », a écrit le juriste.

Nawaf Salam, l’ambassadeur du Liban auprès des Nations Unies, s’entretient avec Riyad Mansour, observateur permanent de la Palestine, lors d’une réunion du Conseil de sécurité le 28 septembre 2011 à New York. (Mario Tama/Getty Images)

D’après un article de le Syndicat de l’information juive (JNS) Salam a écrit sur les réseaux sociaux en 2015 : « Lorsque nous critiquons et condamnons Israël, ce n’est jamais à cause du caractère juif de la majorité de sa population », et dans un autre article, il a déclaré : « Présenter les critiques de la politique d’Israël comme des antisémites est une tentative de les intimider et de les discréditer, que nous rejetons. »

Plus tard la même année, JNS l’a cité en tweetant « … L’adhésion à part entière de la #Palestine à l’#ONU et la fin de l’occupation israélienne sont attendues depuis longtemps. »

Les experts libanais affirment que ce pays du Moyen-Orient contrôle de facto l’organisation terroriste désignée par les États-Unis, le Hezbollah, depuis plus d’une décennie et qu’il a joué un rôle dans sa participation à la guerre du Hamas en tirant plusieurs missiles sur Israël. Le Hezbollah, soutenu par le régime iranien, cherche, comme le Hamas, à détruire l’État juif.

Fox News Digital a contacté la CIJ pour un commentaire mais n’a pas immédiatement reçu de réponse.

L’ordonnance de la CIJ n’est pas appliquée et le gouvernement israélien a déclaré qu’il poursuivrait sa campagne militaire visant à éliminer quatre bataillons du Hamas à Rafah.

LINDSEY GRAHAM DIT À LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE D’« ALLER EN ENFER » APRÈS SA DÉCISION CONTRE ISRAËL

Le porte-parole du gouvernement israélien, Avi Hyman, a déclaré vendredi à propos de l’ordonnance de la CIJ : « Aucune puissance sur terre n’empêchera Israël de protéger ses citoyens et de s’en prendre au Hamas à Gaza ». Il a ajouté : « Nous détruirons le Hamas, nous rendrons la paix et la sécurité au peuple d’Israël et à la population de Gaza. Nous ne pouvons pas continuer avec un régime terroriste génocidaire sur notre frontière sud. »

Siège de l’ONU et drapeau juxtaposés à la photo d’une Israélienne kidnappée par des terroristes du Hamas. (Getty Images/Hamas-Telegram)

Bayefsky a souligné la manière dont le groupe terroriste a réagi à la décision de vendredi. « Les meurtriers et les violeurs du Hamas eux-mêmes expriment le mieux la portée de cette farce « juridique ». Ils ont immédiatement réagi : « Nous saluons la décision de la Cour mondiale » avant de qualifier l’État juif d’« ennemi sioniste » qu’ils entendent anéantir. Les partisans d’une décision qui se veut anti-génocide sont ceux qui s’engagent ouvertement dans le génocide. Un tribunal de l’ONU avec des amis en bas lieu.

Salam a déclaré dans sa lecture du jugement : « La Cour considère que, conformément à ses obligations au titre de la Convention sur le génocide, Israël doit immédiatement mettre un terme à son offensive militaire et à toute autre action dans le gouvernorat de Rafah, qui pourrait infliger au groupe palestinien en conditions de vie à Gaza qui pourraient entraîner sa destruction physique totale ou partielle. »

Le Hamas a massacré près de 1 200 personnes dans le sud d’Israël le 7 octobre. Le mouvement terroriste djihadiste a kidnappé plus de 250 personnes et 125 otages sont toujours détenus à Rafah.

Le juge Nawaf Salam s’exprime au début d’une audience à La Haye, aux Pays-Bas, le 16 mai 2024. (Reuters/Yves Herman)

Certains juges de la CMI et experts juridiques externes ont rejeté la décision majoritaire. Quatre des 15 juges de la CIJ ont déclaré que la clause citée par Salam dans sa présentation orale n’exige pas qu’Israël mette rapidement un terme à sa campagne militaire à Rafah. Selon cette interprétation, l’État juif n’est tenu d’arrêter ses opérations militaires que si celles-ci « peuvent provoquer une destruction physique totale ou partielle ».

La vice-présidente de la CIJ, Julia Sebutinde, d’Ouganda, qui a voté contre toutes les décisions opposées à Israël, a écrit : « Cette mesure n’interdit pas entièrement l’armée israélienne d’opérer à Rafah. Au lieu de cela, elle n’a pour effet que de restreindre partiellement l’offensive israélienne à Rafah dans la mesure où elle met en cause les droits garantis par la Convention sur le génocide. »

Sebutinde a ajouté : « … cette directive peut être interprétée à tort comme exigeant un cessez-le-feu unilatéral à Rafah et revient à microgérer les hostilités à Gaza en restreignant la capacité d’Israël à poursuivre ses objectifs militaires légitimes, tout en laissant ses ennemis, y compris le Hamas, libres d’attaquer sans qu’Israël soit en mesure de répondre. »

Le juriste ougandais a également voté contre toutes les restrictions imposées par la CIJ à Israël dans sa décision de janvier, selon laquelle Jérusalem devrait prendre des mesures pour prévenir les actes de génocide dans le cadre de sa lutte contre les terroristes du Hamas à Gaza.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Des terroristes du Hamas sont vus lors d’un spectacle militaire le 20 juillet 2017, dans la ville de Gaza, Gaza. (Chris McGrath/Getty Images)

Aharon Barak, ancien président de la Cour suprême israélienne qui occupe un poste de juge ad hoc au sein de la CIJ, a déclaré : dans son opinion dissidente que le point de vue majoritaire « exige qu’Israël mette fin à son offensive militaire dans le gouvernorat de Rafah uniquement dans la mesure où cela est nécessaire pour se conformer aux obligations d’Israël au titre de la Convention sur le génocide ».

Il a ajouté : « Israël n’est pas empêché de mener son opération militaire dans le gouvernorat de Rafah tant qu’il remplit ses obligations en vertu de la Convention sur le génocide ». Barak a noté que « c’est une mesure nuancée, qui préserve le droit d’Israël de prévenir et de repousser les menaces et les attaques du Hamas, de se défendre et de défendre ses citoyens, et de libérer les otages ».


Source link