Skip to content

La démission de Gailhaguet intervient après des allégations de viol et de harcèlement sexuel contre Gilles Beyer par d'anciens patineurs qu'il avait entraînés.

"Dans un esprit de conciliation, j'ai pris la décision raisonnable de démissionner avec philosophie, dignité mais sans amertume", a déclaré samedi Gailhaguet, 66 ans, à des journalistes à Paris.

Dans un livre publié la semaine dernière, Sarah Abitbol, ​​ancienne patineuse de couple et médaillée de bronze mondiale âgée de 44 ans, a accusé Beyer de l'avoir violée plusieurs fois de 1990 à 1992 alors qu'elle avait entre 15 et 17 ans.

Le président de la Fédération française de patinage sur glace démissionne suite au scandale des abus sexuels

Plusieurs autres anciens patineurs se sont manifestés dans les médias français et ont fait des allégations d'abus sexuels ou de harcèlement contre Beyer la semaine dernière.

Mercredi, lors d'une conférence de presse, la ministre française des Sports, Roxana Maracineanu, avait appelé à la démission de Gailhaguet.

Le ministre l'a accusé d'avoir appelé Beyer en 2011 à rejoindre la direction de l'équipe junior, où il a travaillé en étroite collaboration avec de jeunes enfants – dix ans après la suspension de l'entraîneur pour comportement inapproprié envers les jeunes patineurs.

Visitez CNN.com/sport pour plus de nouvelles, de fonctionnalités et de vidéos

Jusqu'à présent, Gailhaguet avait refusé de se retirer, déclarant aux journalistes qu'il n'avait "absolument pas protégé" l'ancien entraîneur national.

Ce n'est pas son premier pinceau de controverse. Il a occupé la tête de la fédération nationale française de patinage sur glace pour plusieurs mandats non consécutifs depuis 1998. Entre 2004 et 2007, il a été suspendu par l'Union internationale de patinage pour scandale judiciaire aux Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *