Le président chinois Xi défend le bilan des droits de l’homme auprès du chef de l’ONU

NOUVEAUVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

Le dirigeant chinois Xi Jinping a déclaré mercredi à la responsable des droits de l’homme des Nations Unies (ONU), Michelle Bachelet, que chaque pays devrait être autorisé à trouver sa propre voie de “développement des droits de l’homme”.

“Grâce à un travail acharné et persistant à long terme, la Chine s’est engagée avec succès sur la voie du développement des droits de l’homme qui est conforme à la tendance de l’époque et adaptée à ses propres conditions nationales”, a-t-il déclaré lors d’un appel vidéo, selon un rapport de l’Etat diffuseur CCTV.

Le gouvernement chinois a été accusé de violations des droits de l’homme et de génocide contre les musulmans ouïghours et d’autres groupes ethniques du Xinjiang.

LES FICHIERS PIRATÉS DU XINJIANG RÉVÈLENT LES DÉTAILS DU GÉNOCIDE OUÏGOUR EN CHINE : « JUSTE LES TUER »

Bachelet devrait s’y arrêter lors de son voyage dans le pays, critiqué par les États-Unis

“Sur la question des droits de l’homme, il n’y a pas d'”utopie” parfaite”, a déclaré M. Xi. “Nous n’avons pas besoin de ‘maîtres’ qui dictent aux autres pays, sans parler de politiser et de transformer la question des droits de l’homme en un outil, de pratiquer le double standard et l’ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays sous prétexte des droits de l’homme.”

DOSSIER – Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, prend la parole lors d’une conférence de presse au siège européen des Nations Unies à Genève, en Suisse, le 9 décembre 2020.
(Martial Trezzini/Keystone via AP, fichier)

“Les réunions avec le président Xi et de hauts responsables ont été précieuses pour discuter directement des questions et des préoccupations relatives aux droits de l’homme en Chine et dans le monde. Pour que le développement, la paix et la sécurité soient durables : les droits de l’homme, la justice, l’inclusion de tous, sans exception, doivent être au centre cœur », a tweeté le bureau de Bachelet à l’ONU.

“J’admire les efforts et les réalisations de la Chine dans l’éradication de la pauvreté, la protection des droits de l’homme et la réalisation du développement économique et social”, a déclaré le chef de l’agence, selon CCTV.

Sa visite est la première en Chine d’un commissaire aux droits de l’homme depuis 2005.

Le président chinois Xi Jinping assiste à une cérémonie de distinction des modèles des Jeux olympiques et paralympiques d'hiver de Pékin au Grand Palais du Peuple le 8 avril à Pékin.

Le président chinois Xi Jinping assiste à une cérémonie de distinction des modèles des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Pékin au Grand Palais du Peuple le 8 avril à Pékin.
(AP Photo/Ng Han Guan)

HALEY DIT QUE LE CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME DE L’ONU DOIT ENQUÊTER SUR LE « GÉNOCIDE » CHINOIS, ALORS QUE LE COMMISSAIRE DE L’ONU VISITE LE XINJIANG

Bachelet a précédemment rencontré le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et a eu une vidéoconférence avec Du Hangwei, le vice-ministre de la Sécurité publique.

Bachelet a accepté de rester dans une “boucle fermée” d’individus mis en place par des responsables du Parti communiste chinois (PCC) à Pékin.

Le PCC affirme que les mesures sont un effort pour atténuer la propagation du COVID-19.

“Nous pensons que c’était une erreur d’accepter une visite dans ces circonstances où le haut-commissaire ne se verra pas accorder le type d’accès sans entrave, libre et complet qui serait nécessaire pour faire une évaluation complète et revenir avec une image complète des atrocités, des crimes contre l’humanité et du génocide en cours au Xinjiang », Ned Price, porte-parole du département d’État américain dit mardi.

Lors du récent voyage du président Biden en Asie, la Chine et la Russie ont piloté des bombardiers à capacité nucléaire lors d’un exercice militaire conjoint.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Biden est revenu sur les commentaires selon lesquels les États-Unis interviendraient militairement pour défendre Taïwan contre la Chine si elle envahissait la nation insulaire.

Jacqui Heinrich, Greg Norman, Anders Hagstrom, Adam Shaw et l’Associated Press de Fox News ont contribué à ce rapport.