Skip to content

Le député fédéral Jair Bolsonaro prononce un discours lors de la convention nationale du Parti pour le socialisme et la libération (PSL), où il doit être formalisé en tant que candidat à la présidence de la République, à Rio de Janeiro, au Brésil, le 22 juillet 2018.

Ricardo Moraes | Reuters

Le président brésilien Jair Bolsonaro a déclaré vendredi que la star hollywoodienne Leonardo DiCaprio avait financé des incendies se déroulant dans la forêt amazonienne, sans présenter aucune preuve, la dernière attaque du leader de la droite accusant les incendies de forêt de susciter l'inquiétude de la communauté internationale.

Bolsonaro a semblé commenter sur les médias sociaux affirmant que l'organisation pour l'environnement, le Fonds mondial pour la nature (WWF), avait payé pour les images prises par des pompiers volontaires qu'elle aurait ensuite utilisées pour solliciter des dons, y compris une contribution de 500 000 $ de DiCaprio.

Le WWF a nié avoir reçu un don de DiCaprio ou obtenu des photos de pompiers.

"Ce Leonardo DiCaprio est un gars cool, non? Donner de l'argent pour incendier l'Amazonie", a déclaré Bolsonaro vendredi lors d'une brève allocution devant la résidence présidentielle.

DiCaprio a nié avoir fait un don à la WWF. Dans une déclaration, l'acteur a salué "le peuple brésilien œuvrant pour la sauvegarde de son patrimoine naturel et culturel". Mais, a-t-il déclaré, "nous avons mérité notre soutien, mais nous n'avons pas financé les organisations ciblées".

DiCaprio a été un ardent défenseur de la lutte contre le changement climatique et a fréquemment parlé des problèmes environnementaux, notamment des incendies de forêt en Amazonie. Sa fondation Leonardo DiCaprio, qui porte sur des projets visant à "protéger les espèces sauvages vulnérables de l'extinction", fait partie de l'Alliance Terre.

Quatre membres de l'organisation non gouvernementale des pompiers d'Alter do Chão ont été arrêtés mardi, la police les accusant d'avoir délibérément allumé des incendies afin de les documenter et de collecter de nouveaux dons. Ils ont été libérés jeudi sur ordre d'un juge.

Les politiciens et d'autres ONG ont vivement critiqué cette arrestation, affirmant que cela faisait partie d'une tentative concertée du gouvernement de Bolsonaro visant à harceler des groupes environnementaux.

Les scientifiques et les militants accusent les spéculateurs fonciers, les agriculteurs et les éleveurs d'avoir allumé des feux pour défricher les terres à des fins agricoles, affirmant que la déforestation est encouragée par la rhétorique de Bolsonaro de promouvoir le développement et l'agriculture au détriment de la conservation.

La forêt amazonienne est considérée comme un rempart contre le changement climatique mondial.

Bolsonaro a maintes fois critiqué diverses factions pour blâmer les incendies de forêt.

Dans une publication en direct sur Facebook le 21 août, il a déclaré que "tout indique" que des ONG se rendaient en Amazonie pour "incendier" la forêt. Lorsqu'on lui a ensuite demandé s'il disposait d'éléments de preuve à l'appui de ses affirmations, Bolsonaro a répondu qu'il "n'avait pas de plan écrit", ajoutant: "Ce n'est pas ainsi que les choses se passent".

Un jour plus tard, il a admis que des agriculteurs pourraient incendier illégalement la forêt tropicale, mais environ un mois plus tard, il a attaqué les "médias menteurs" pour avoir prétendu que la forêt tropicale était dévastée par les incendies.

Bolsonaro a parlé de DiCaprio jeudi lors d'une diffusion Web en direct. Le président a déclaré que le WWF avait payé une ONG de lutte contre l'incendie pour qu'elle prenne des photos d'incendies de forêt en Amazonie.

"Alors qu'est-ce que l'ONG a fait? Quelle est la chose la plus facile? Mettez le feu à la forêt. Prenez des photos, faites une vidéo", a déclaré le président. "(Le WWF) fait une campagne contre le Brésil, il contacte Leonardo DiCaprio, il donne 500 000 dollars."

"Une partie de cela a été destinée aux incendies. Leonardo DiCaprio, vous contribuez à l'incendie en Amazonie, ça ne marchera pas", a déclaré Bolsonaro.