Le Premier ministre néerlandais s’en prend aux « idiots » après une troisième nuit de violence

  • Plus de 100 personnes ont été arrêtées au cours de trois nuits de violence lorsque des émeutiers néerlandais ont saccagé les villes des Pays-Bas.
  • Les gens protestaient contre les plans du gouvernement visant à interdire les personnes non vaccinées dans les lieux publics.
  • Le Premier ministre néerlandais a traité les manifestants violents d’idiots.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte s’est déchaîné lundi contre des émeutiers « idiots » qui ont saccagé les villes des Pays-Bas ce week-end lorsque les manifestations contre les politiques sur les coronavirus sont devenues violentes.

Plus de 100 personnes ont été arrêtées au cours de trois nuits de violence, qui ont vu la police ouvrir le feu sur des émeutiers à Rotterdam vendredi.

« C’était de la pure violence déguisée en protestation », a déclaré Rutte en réponse aux pires troubles depuis qu’un verrouillage complet a conduit à des troubles généralisés en janvier.

Il y a beaucoup de troubles dans la société parce que nous sommes confrontés à la misère de la couronne depuis si longtemps. Mais je n’accepterai jamais que des idiots usent de violence pure simplement parce qu’ils sont mécontents.

Une trentaine de personnes ont été arrêtées dimanche, après des dizaines d’arrestations les deux jours précédents, alors que des foules de jeunes en colère ont mis le feu et lancé des pierres.

Des groupes vêtus de noir ont bombardé des camions de police avec des pierres, et à La Haye, une pierre a été lancée à travers le pare-brise d’une ambulance qui tentait d’emmener un patient à l’hôpital.

La violence a commencé à Rotterdam vendredi soir, alors qu’une manifestation contre le projet du gouvernement d’interdire la plupart des personnes non vaccinées des lieux publics est rapidement devenue violente.

Bien que certaines mesures de verrouillage aient été réimposées aux Pays-Bas le 13 novembre, les infections ont augmenté.

REGARDER | Les Pays-Bas secoués par la deuxième nuit des émeutes de Covid

Cela a contraint les hôpitaux néerlandais à réduire les traitements réguliers et à faire pression sur le gouvernement pour garantir que les soins restent disponibles pour tous les cas urgents.

L’association néerlandaise des travailleurs de la santé, V&VN, a averti que les Pays-Bas se dirigeaient vers le pire des cas où les hôpitaux n’auraient pas suffisamment de lits de soins intensifs pour chaque patient qui en aurait besoin.

Les autorités sanitaires néerlandaises ont signalé lundi plus de 23 000 nouvelles infections à coronavirus en 24 heures, le deuxième nombre le plus élevé depuis le début de la pandémie.

Le ministre de la Santé, Hugo de Jonge, a souligné que le pays était « loin » du pire des cas. Cependant, le gouvernement envisagerait davantage de restrictions si les infections et les hospitalisations continuent d’augmenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *