Le Premier ministre grec envisage un nouveau camp et déclare que les passeurs de migrants sont « écrasés »

Mais le gouvernement conservateur de Mitsotakis, élu en 2019, a réprimé la migration illégale, renforçant les patrouilles aux frontières terrestres et maritimes. Il a fait l’objet de vives critiques de la part d’associations de défense des droits, de réfugiés et de certains responsables européens qui ont accusé les autorités grecques d’avoir procédé à des expulsions sommaires de personnes entrant sur le territoire grec, sans leur donner la possibilité de demander l’asile. Les autorités grecques nient les accusations.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments