Le plan du parc national Banff se concentre sur le changement climatique, la circulation et les relations avec les Autochtones

Le parc national le plus achalandé du Canada vise à trouver de meilleures façons d’aider les visiteurs à se déplacer dans les années à venir, alors qu’il s’efforce de lutter contre les changements climatiques et de renforcer les relations avec les Autochtones.

Ceux-ci faisaient partie des points saillants d’un plan de gestion de 2022 pour le parc national Banff, en Alberta, fixant l’orientation pour la prochaine décennie.

Parcs Canada a également publié cette semaine des plans pour les autres parcs nationaux des montagnes : Jasper et Waterton Lakes en Alberta, ainsi que Kootenay, Mount Revelstoke and Glacier et Yoho en Colombie-Britannique.

Chacun s’engage à protéger les parcs pour les générations futures et met l’accent sur le changement climatique et les relations avec les Autochtones.

« Les Canadiens s’attendent à ce que nous passions de la discussion sur les changements climatiques à l’action », a déclaré Sal Rasheed, surintendant de Banff, qui attire plus de quatre millions de visiteurs par année.

Cela, a-t-il dit, comprend la collaboration avec la ville de Banff pour créer un plan communautaire qui traite du changement climatique, en intégrant des véhicules électriques ou hybrides dans le parc de Parcs Canada et en réduisant la consommation d’énergie dans ses bâtiments.

Rasheed a déclaré que l’accent était également mis sur le déplacement des personnes dans le parc de manière plus durable, car plus de huit millions de véhicules par an y transitent, dont au moins la moitié transportent des visiteurs.

“Le nombre de visites augmente et nous devons faire attention à amener les gens aux bons endroits de manière efficace et efficiente.”

Le plan de 2022 a supprimé une référence aux gondoles, ce qui, selon Rasheed, signifie qu’une proposition de téléphériques vers la station de ski du mont Norquay depuis le lotissement urbain de Banff n’est pas envisagée.

“Nous avons fait nos devoirs à ce sujet, nous avons jugé que ce n’était pas faisable et nous passons à autre chose.”

Le plan n’exclut pas un train de voyageurs à grande vitesse en provenance de Calgary, mais indique que le jumelage d’une ligne ferroviaire existante pourrait entraîner davantage de décès d’animaux sauvages dans le parc, une préoccupation également soulevée par des groupes environnementaux.

D’autres solutions de transport, a-t-il dit, pourraient inclure l’expansion du transport en commun, en particulier dans les zones achalandées telles que le lac Moraine et le lac Minnewanka.

Rasheed a déclaré que l’accent était également mis sur les relations autochtones dans le cadre des efforts de réconciliation du gouvernement fédéral.

Un cercle consultatif autochtone a été créé il y a plusieurs années et se réunit plusieurs fois par an pour aider à guider la planification, a déclaré Rasheed.

« Par exemple, récemment, nous avons repensé la façon dont nous procédons au brûlage culturel de notre paysage. Nous essayons d’intégrer les connaissances autochtones dans notre approche occidentale de la gestion des incendies.

Il a déclaré que la réintroduction du bison dans l’arrière-pays de Banff a également été un élément important de la réconciliation.

« Nous nous sommes associés à la nation Stoney Nakoda pour gérer ces bisons en utilisant des apprentissages culturels », a déclaré Rasheed, se référant à un rapport dirigé par des Autochtones qui affirme que les connaissances traditionnelles pourraient contribuer au succès du troupeau.

Le plan de gestion indique que la réintroduction du bison, un projet pilote de cinq ans, doit être évaluée d’ici 2023.

« Il est sûr de dire que nous continuerons d’avoir des bisons dans le paysage du parc national Banff », a déclaré Rasheed à propos du troupeau d’environ 80 animaux. “Il reste à déterminer exactement combien et à quoi cela ressemblera.”

Le plan note que les grizzlis, les chèvres de montagne, les loups, les couguars et les carcajous sont des espèces sensibles et importantes pour le parc national. Il indique que la sécurité de l’habitat de ces espèces doit être maintenue ou améliorée d’ici 2030.

Sarah Elmeligi, coordonnatrice du programme des parcs nationaux pour la section sud de l’Alberta de la Société pour la nature et les parcs du Canada, a déclaré que le plan représente un pas en avant important par rapport aux précédents.

“Comme pour tous les plans de gestion, le diable est dans les détails”, a-t-elle déclaré. “C’est vraiment la façon dont le plan de gestion est livré sur le terrain.”

Dans l’ensemble, cependant, Elmeligi a déclaré que cela semblait être un bon plan, en particulier l’accent mis sur le changement climatique.

Une stratégie pour gérer les zones très fréquentées est également importante, mais ne devrait être qu’une première étape, a-t-elle déclaré.

« Il est vraiment important de réfléchir à l’impact des loisirs dans les zones moins populaires sur l’habitat et la connectivité de la faune, ainsi que sur les espèces envahissantes et aquatiques », a-t-elle déclaré. “L’utilisation humaine doit encore être gérée dans ces endroits.”

Le plan envisage de nouvelles cabanes alpines là où « il existe des risques démontrables et persistants pour la sécurité publique ».

Elmeligi a déclaré que la SNAP serait préoccupée si de nouvelles cabanes commerciales étaient construites dans l’arrière-pays. Aucune installation de remplacement ne devrait être agrandie au-delà de son empreinte actuelle, a-t-elle ajouté.

Rasheed a déclaré qu’il était fier du fait que le parc national de Banff est à 97 % une zone sauvage.

“Nous avons été très explicites dans le plan de gestion que nous n’allons pas avoir de nouveaux hébergements commerciaux dans (la) nature sauvage”, a-t-il déclaré.

Certains des points saillants des autres plans directeurs comprennent : la modernisation du terrain de camping populaire du lac O’Hara à Yoho; travaillant pour maintenir la population de caribous à Jasper et évaluant les sites archéologiques des lacs Waterton après un incendie de forêt en 2017.

– Colette Derworiz, La Presse Canadienne