Dernières Nouvelles | News 24

Le parti du ministre israélien du Cabinet de guerre propose de voter la dissolution du Parlement | Benjamin Netanyahou Actualités

Le parti de Benny Gantz a proposé d’organiser des élections anticipées après avoir demandé au Premier ministre Netanyahu d’accepter le plan d’après-guerre pour Gaza.

Le parti centriste du ministre israélien de la Guerre, Benny Gantz, a proposé d’organiser un vote parlementaire sur la dissolution de la Knesset, mais il n’est pas clair s’il dispose d’un soutien suffisant pour organiser des élections anticipées.

Cette décision de jeudi fait suite à un ultimatum que Gantz a lancé ce mois-ci, exigeant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu accepte un plan pour Gaza d’après-guerre d’ici le 8 juin. Il a menacé de quitter la coalition si aucun plan de ce type n’était présenté.

Gantz a rejoint le gouvernement de Netanyahu peu après qu’Israël a lancé sa guerre contre Gaza le 7 octobre, le jour où le Hamas a mené des attaques contre les communautés du sud d’Israël.

Le bloc centriste de Gantz s’est divisé en mars et son parti ne contrôle pas à lui seul suffisamment de sièges au Parlement pour faire tomber la coalition au pouvoir.

« La chef du Parti de l’Union nationale, Pnina Tamano-Shata, a présenté un projet de loi visant à dissoudre la 25e Knesset. Cela fait suite à la demande du chef du parti, le ministre Benny Gantz, d’avancer dans un large accord vers des élections avant octobre, un an après le massacre », a déclaré le parti de Gantz dans un communiqué.

Le Likoud, parti de droite de Netanyahu, a répliqué : « La dissolution du gouvernement d’unité est une récompense pour [Hamas leader Yahya] Sinwar, une capitulation face à la pression internationale et un coup fatal aux efforts de libération de nos otages ».

Il ajoute qu’Israël a besoin d’unité et que la dissolution du gouvernement nuirait à l’effort de guerre. L’attaque israélienne contre Gaza a été largement condamnée à l’échelle mondiale, le nombre de morts palestiniens ayant dépassé les 36 000 et continue de s’alourdir.

Aucune élection n’est prévue avant le dernier trimestre 2026.

Netanyahu a également été critiqué par le ministre de la Défense Yoav Gallant pour ne pas avoir exclu une réoccupation israélienne de Gaza après la guerre.

Le cabinet du Premier ministre a également été témoin de manifestations antigouvernementales récurrentes, avec de nombreuses familles et partisans des personnes capturées le 7 octobre exigeant un cessez-le-feu garantissant le retour de leurs proches détenus à Gaza.

Gideon Levy, chroniqueur au journal israélien Haaretz, a déclaré que ceux qui sont enthousiasmés par la pression du parti de Gantz en faveur de nouvelles élections devraient tempérer leurs attentes quant au départ prochain de Netanyahu.

« Je suggère de ne pas être trop excité et ceux qui veulent voir Netanyahu démissionner devraient attendre avant d’ouvrir les bouteilles de champagne parce que ce gouvernement sans Benny Gantz dispose toujours d’une solide majorité », a déclaré Levy à Al Jazeera. « Benny Gantz peut déclarer ce qu’il veut, cela n’a aucun sens. »

L’attaque israélienne a déjà dévasté le paysage urbain de Gaza, déplacé la plupart des habitants du territoire et déclenché une catastrophe humanitaire et une famine généralisée.

Des chars israéliens ont été repérés mercredi au cœur de Rafah, une ville du sud de Gaza, malgré un ordre de la Cour internationale de Justice pour qu’Israël mette fin à ses attaques contre la ville surpeuplée.

Israël affirme qu’il doit démanteler les derniers bataillons du Hamas à Rafah et a également déclaré qu’il chercherait à assurer un contrôle de sécurité indéfini sur l’enclave.

Mais le Hamas a rejeté tout plan d’après-guerre qui exclurait le groupe, réitérant qu’il resterait à Gaza.

L’offensive israélienne a tué au moins 36 224 personnes à Gaza, pour la plupart des civils, selon les responsables de la santé de l’enclave. Les personnes tuées en Israël lors des attentats du 7 octobre sont au nombre de 1 139.


Source link