Actualité culturelle | News 24

Le pape plaide pour la fin des violences et le début des pourparlers au Pérou

Commenter

CITÉ DU VATICAN – Le pape François a lancé dimanche un plaidoyer passionné, prononcé en partie en espagnol, pour mettre fin à l’aggravation de la violence au Pérou suite aux demandes de démission du président du pays.

S’adressant à quelque 15 000 personnes rassemblées sur la place Saint-Pierre pour son apparition hebdomadaire à une fenêtre du Palais apostolique, François a déclaré : “Je (vous) invite à prier pour que les actes de violence cessent au Pérou”.

“La violence éteint l’espoir d’une solution juste aux problèmes”, a déclaré le pontife. “J’encourage toutes les parties concernées à emprunter la voie du dialogue entre frères d’une même nation, dans le plein respect des droits de l’homme et de l’État de droit”.

Notant qu’il se joignait à un appel des évêques péruviens, François est passé de l’italien à l’espagnol pour s’exclamer : « Non à la violence, d’où qu’elle vienne ! Plus de morts !”

Francis, qui est originaire d’Argentine, a souligné que les Péruviens étaient parmi les fidèles sur la place dimanche.

Jusqu’à récemment, les protestations qui envahissaient de plus en plus le Pérou étaient concentrées dans le sud du pays. Ils ont commencé le mois dernier après que le président de l’époque, Pedro Castillo, premier dirigeant péruvien d’origine rurale andine, a été destitué et emprisonné pour avoir tenté de dissoudre le Congrès.

Les manifestants exigent la démission de Dina Boluarte, l’ancienne vice-présidente assermentée le 7 décembre pour remplacer Castillo. Ils veulent également que le Congrès soit dissous et que de nouvelles élections aient lieu. Castillo est actuellement détenu pour rébellion.

Plus de 55 personnes sont mortes dans les troubles qui ont suivi.

Articles similaires