Skip to content
Le pape juge la possession d'armes nucléaires indéfendable et perverse

Le pape François prononce un message au parc de l'hypocentre de la bombe atomique à Nagasaki, au Japon, le 24 novembre 2019. REUTERS / Issei Kato

NAGASAKI (Reuters) – Le pape François, s'exprimant dimanche dans l'une des deux seules villes touchées par des bombes atomiques, a appelé à l'abolition des armes nucléaires, affirmant que leur possession était perverse et indéfendable.

"La possession d'armes nucléaires et autres armes de destruction massive n'est pas la solution (au désir de paix)", a déclaré Francis dans un message prononcé au centre hypocentrique de la bombe atomique de Nagasaki. 1945, tuant instantanément 27 000 personnes.

"Notre monde est marqué par une dichotomie perverse qui tente de défendre et d'assurer la stabilité et la paix par le biais d'un faux sentiment de sécurité entretenu par une mentalité de peur et de méfiance", a-t-il déclaré sous une pluie battante.

"La paix et la stabilité internationale sont incompatibles avec les tentatives de construction sur la crainte d'une destruction mutuelle ou la menace d'une annihilation totale", a-t-il déclaré. Il a également condamné ce qu’il a qualifié de démantèlement des traités de non-prolifération.

Nagasaki est la deuxième ville à avoir été touchée par une bombe atomique pendant la Seconde Guerre mondiale. Dimanche plus tard, le pape devait se rendre à Hiroshima, site du premier attentat, qui a immédiatement tué environ 78 000 personnes.

Environ 400 000 autres personnes sont finalement décédées des suites de maladies par irradiation et de blessures causées par les deux bombes, que les États-Unis ont larguées pour tenter de mettre fin à la guerre.

Rapport de Philip Pullella, édité par Elaine Lies

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *