Les groupes autochtones se réjouissent de la nouvelle que le pape François prévoit de visiter le Canada cet été après ses excuses le mois dernier pour le rôle de l’Église catholique romaine dans les pensionnats.

Le Vatican a déclaré vendredi que le pontife devait s’arrêter en Alberta, au Québec et au Nunavut, et que les capitales Edmonton, Québec et Iqaluit devaient servir de bases pour le voyage du 24 au 29 juillet.

La Confédération des Premières Nations du Traité Six travaille avec le Saint-Siège pour planifier l’arrêt du pape en Alberta, a déclaré le grand chef George Arcand dans un communiqué.

Edmonton fait partie du territoire du Traité 6, qui couvre le centre de l’Alberta et la Saskatchewan.

“Je reconnais l’impact que la visite du pape aura sur le Traité 6, pour les survivants, leurs familles et leurs communautés”, a déclaré Arcand. “J’espère que nous sommes sur la voie de la guérison et que les vérités des survivants sont validées par cette visite historique dans nos territoires.”

Le grand chef Rémy Vincent de la Nation huronne-wendat de Wendake, au Québec, a déclaré que l’annonce de vendredi avait été relativement bien accueillie.

Wendake est une municipalité indépendante mais ses deux enclaves sont entourées par la ville de Québec.

« Il ne faut rien attendre de moins de l’Église que de venir sur nos territoires ici, au Québec et au Canada, présenter des excuses aux Premières Nations pour les horreurs qui ont été commises et mises au jour au cours des dernières années », a-t-il déclaré dans un entretien vendredi.

Vincent dit qu’il s’attend à rencontrer Francis, mais il n’y a pas eu d’intérêt réel de la part de la communauté pour qu’il visite Wendake.

“Nous ne sommes pas une communauté très religieuse”, a-t-il déclaré. “C’est aussi controversé ici. Vous ne pouvez pas le cacher. Il y a des gens qui ont encore beaucoup de ressentiment, qui sont toujours amers à propos de ce qui s’est passé.”

L’archevêque de Québec, le cardinal Gérald Lacroix, a déclaré que ce serait une “véritable joie” d’accueillir le pape et que la visite s’appuierait sur les efforts de l’Église vers la réconciliation.

“Nous devons trouver une meilleure façon de vivre ensemble et de nous respecter et d’être fiers de qui nous sommes, de nos cultures, de nos langues, de notre façon d’exprimer notre foi. Cela sera très utile”, a-t-il déclaré.

L’Union des chefs indiens de la Colombie-Britannique a demandé un changement d’itinéraire pour inclure le site de l’ancien pensionnat de Kamloops. Cela fait presque un an que des tombes potentielles y ont été découvertes lors de la première de ce qui serait d’autres découvertes choquantes dans l’Ouest canadien.

“Les Premières Nations de la Colombie-Britannique sont profondément déçues qu’après tout le… traumatisme et les inquiétudes concernant les enfants disparus et les enterrements non marqués dans les pensionnats catholiques, il n’y aura aucune visite sur aucun de ces sites”, ont déclaré les chefs. dit dans un communiqué.

La chef Rosanne Casimir de la Première nation Tk’emlups te Secwepemc a déclaré que c’était une occasion manquée pour le pape d’entendre directement les survivants de l’ancien pensionnat de Kamloops.

«Bien que nous comprenions l’immensité du Canada et la nécessité de rendre le voyage au Canada gérable pour lui, il est vraiment regrettable qu’il n’ait pas l’occasion de venir au pensionnat de Kamloops, le plus grand pensionnat du pays dirigé par l’Église catholique. Église », a déclaré Casimir.

“(Les survivants) doivent être témoins de véritables excuses significatives du plus haut niveau, du pape lui-même.”

Elle a dit que plus de 200 Premières Nations ont été touchées par le pensionnat de Kamloops et elle espère qu’elles auront toutes la chance de participer à son voyage vers le Canada.

On estime que 150 000 enfants autochtones ont été forcés de fréquenter des pensionnats au Canada et plus de 60 % des écoles étaient dirigées par l’Église catholique.

Le 1er avril, après des réunions de plusieurs jours avec des groupes des Premières Nations, des Inuits et des Métis au Vatican, le pape François s’est excusé pour la conduite déplorable des membres de l’Église impliqués dans les pensionnats. Il a également dit qu’il visiterait le Canada.

Les délégués autochtones avaient dit au pape qu’ils s’attendaient à ce que des excuses soient présentées sur le sol canadien.

Le Ralliement national des Métis a réitéré la nécessité d’excuses papales et a également appelé à un engagement à agir pour la vérité, la réconciliation, la justice et la guérison.

La présidente Cassidy Caron a déclaré que le conseil n’avait pas été consulté sur les choix d’emplacement.

“Nous espérons que le Vatican travaillera en étroite collaboration avec nous dans un esprit de réconciliation pour s’assurer qu’il y a des ressources adéquates pour tous les survivants qui souhaitent y assister”, a déclaré Caron dans un communiqué.

La Conférence des évêques catholiques du Canada a déclaré que le Vatican avait sélectionné les trois villes en fonction de la durée du voyage, de la vaste superficie du Canada et de la santé du pontife de 85 ans.

L’archevêque Richard Smith d’Edmonton, coordinateur général du voyage pour la conférence, a déclaré que le pape est limité dans ses déplacements. Il ne peut plus monter dans des hélicoptères et ne peut pas être dans un véhicule plus d’une heure. Il doit également se reposer entre les événements.

On s’attend à ce que Francis, malgré ses limites, se rende sur le site d’un ancien pensionnat.

Smith a déclaré qu’un programme officiel doit être développé avec des partenaires autochtones.

Le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, a déclaré qu’il était important pour le pape François d’entendre directement les survivants, car cela “offre non seulement l’occasion de s’excuser… mais aussi de développer de meilleures pratiques quant à la façon d’aller de l’avant”.

Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré dans un communiqué que la visite ne serait pas possible sans “la bravoure et la détermination des survivants, des dirigeants autochtones et des jeunes qui ont partagé leurs histoires” le mois dernier.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 13 mai 2022.


Avec des fichiers de Jacob Serebrin à Montréal


—-


Si vous êtes un ancien élève des pensionnats indiens en détresse, ou si vous avez été touché par le système des pensionnats indiens et avez besoin d’aide, vous pouvez contacter la ligne de crise des pensionnats indiens 24 heures sur 24 au 1-866-925-4419ou la ligne sans frais de la Indian Residential School Survivors Society au 1-800-721-0066.


Un soutien et des ressources supplémentaires en santé mentale pour les Autochtones sont disponibles ici.